samedi 15 mars 2008

Futur des délocalisations

La tendance actuelle est à la délocalisation des usines vers les pays du tiers monde. Là-bas, des travailleurs pauvres fabriquent à faible coût des produits vendus très chers aux consommateurs des pays riches.

Le problème c'est qu'à force de délocalisations, les consommateurs des pays riches n'auront plus d'emploi et perdront donc considérablement leur pouvoir d'achat. Ainsi, les produits vendus chers ou même bon marché (mais le coût du transport le permettra-t-il avec la raréfaction du pétrole ?) ne se vendront plus !
On arrêtera la fabrication dans les pays pauvres et les travailleurs pauvres, de toute façon incapable d'acheter les produits de leur propre travail, perdront aussi leurs emplois.

Au bilan, les quelques producteurs qui auront su se retirer à temps (avant la faillite mondiale) seront devenus extrêmement riches et l'énorme majorité, pour en pas dire la quasi-totalité des ex-travailleurs (peut-être remplacés par des machines), sera devenue extrêmement pauvre.

Les pays ayant cédé la gouvernance aux multinationales (de véritables corporations possédant des monopoles ou des alliances pour fixer les prix et se jouer de la sacro-sainte concurrence), il n'y aura eu personne pour empêcher ou limiter l'effondrement économique mondial.

Sauf si quelques penseurs visionnaires trouvent une solution globale pour sauver le système (l'économie de marché) et éviter la concentration des richesses du monde dans les mains d'une poignée de propriétaires de multinationales.

Aucun commentaire: