dimanche 18 février 2018

Comment muter en citoyen adulte ? - Etienne Chouard



Etienne Chouard est enseignant en économie à Marseille. Il s'est distingué en 2005 en s'opposant au traité constitutionnel européen. Depuis il cherche la cause principale des injustices sociales et défend l'idée d'une assemblée constituante d'origine citoyenne.

0'30 – Loi Macron et article 49-3 ;
6'08 – compétence des représentants politique ;
8'18 – 3ème et 4ème République ;
10'45 – Nouvelles technologies et Démocratie ; 
18' – Problème technique ou politique ? ; 
19'30 – Pouvoir politique vs pouvoir économique ; 
22'10 – Inflation législative et démission du politique ; 
26'10 – Création monétaire et chartalisme ; 
34'05 – Conseils de lecture :
David Graeber – 5000 ans d'histoire de la dette
David Graeber – La démocratie aux marges
David Graeber – Bureaucratie
Rousseau – Du contrat social
Rousseau – Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes
Rousseau – Discours sur les sciences et les arts
Kropotkine – L'entraide
Kropotkine – Morale anarchiste
Kropotkine – La conquête du pain
Alain – Propos sur le pouvoir
Jean-Paul Marat – L'ami du peuple

 Source : https://www.youtube.com/watch?v=GTk-nuX70MQ

Une alternative monétaire enthousiasmante : LA MONNAIE LIBRE – entretien avec Stéphane Laborde, concepteur de la Théorie Relative de la Monnaie (TRM)

Chers amis,
Comme vous le savez peut-être, je réfléchis depuis plus de dix ans aux alternatives monétaires, en y cherchant le moyen de notre émancipation politique et économique : selon moi, aucune réelle souveraineté politique n’est concevable sans une réelle souveraineté monétaire ; autrement dit, toutes les alternatives monétaires ne sont pas émancipantes pour le corps social.
Il y a bien longtemps que je vous parle de la monnaie libre, comme une des deux plus prometteuses alternatives monétaires que je connaisse, avec le chartalisme (qui va beaucoup plus loin que la « monnaie pleine »).
Stéphane Laborde, grand amateur de mathématiques et d’échecs, a conçu la Théorie Relative de la Monnaie (TRM), et cette théorie assez épatante vient de prendre corps et vie, au printemps 2017, à travers une vraie MONNAIE, LIBRE, qui s’appelle Ğ1 (prononcer june) mémorisée et sécurisée dans une base de données partagée (libre, évidemment) gérée sur duniter.org.
Je vous présente ici un entretien récent avec Stéphane, à la maison, au cours duquel il nous explique cette nouvelle possibilité monétaire offerte aux humains, dans la plus rigoureuse liberté et la plus parfaite égalité : soit on le veut et on les rejoint, tout simplement, soit on ne le veut pas et ça fonctionnera quand même, sans nous ; pas besoin d’attendre que nous soyons tous convaincus. Pas besoin non plus d’attendre le feu vert d’une autorité privilégiée : on peut s’en servir ici et maintenant, sans attendre. C’est pour ça que c’est enthousiasmant, et c’est une de ses grandes forces, et même une exclusivité décisive, de la monnaie libre : on peut tous s’en servir, tout de suite, librement.
Je vois trois grandes forces à cette alternative monétaire :
• La pertinence de son fondement : une production invariante de valeur économique de référence par tous les êtres humains vivants qui le souhaitent.
• La permanence égalitaire et autonome de sa production, et donc de sa répartition.
• La liberté absolue d’y adhérer ou pas, dès aujourd’hui : il suffit de le vouloir pour commencer le changement.

Il me semble que la TRM, devenue aujourd’hui bien réelle et bien pratique avec la Ğ1 (june), devrait être découverte, travaillée et apprivoisée par tous les citoyens qui cherchent à se libérer de la tyrannie bancaire, et ce malgré la corruption profonde de l’État par les usuriers (ceux qui ont volé aux peuples la création monétaire).

Etienne Chouard

 Voyez vous-même : http://chouard.org/blog/2018/02/13/une-alternative-monetaire-enthousiasmante-la-monnaie-libre-entretien-avec-stephane-laborde-concepteur-de-la-theorie-relative-de-la-monnaie-trm/

jeudi 15 février 2018

Citation de l'auteur canadien Jean-Michel Wyl

Voir aussi : http://www.linternaute.com/biographie/jean-michel-wyl/

Réfléchir, c'est déjà commencer à désobéir.

Réfléchir (à une nouvelle structure pour la société, à une nouvelle constitution), c'est déjà commencer à désobéir.

La confédération de communes est un projet décrit par Jean Meslier au début du XVIIIème siècle, puis repris par d'autres philosophes comme le contemporain Murray Bookchin et même un projet voulu (mais jamais appliqué pour cause d'assassinat) par le Mahatma Gandhi (qui désirait, pour l'Inde, non pas un État fédéral "Union Indienne" -mis en place par les plus puissants partis politiques- mais une "République des villages"). 

Personnellement, j'adhère complètement à cette structure à "subsidiarité ascendante" qui permettrait d'appliquer localement la démocratie (la vraie, celle des délibérations, des assemblées de village, de quartier). 

Notre auto-formation citoyenne via les ateliers constituants (inaugurés par Etienne Chouard) peut/doit se compléter par cette vision d'ensemble, démocratique, confédérative, "municipaliste", "communaliste".

lundi 5 février 2018

Chris Hedges - la pathologie des super-riches

Un extrait d'une interview de Chris Hedges, journaliste et activiste américain.



Sourcehttps://youtu.be/_4Cvcz97YRg

La République des grands bourgeois

Le système politique dans le quel nous vivons est fondé sur l'élection. 

Mais ce n'est pas le type d'élection démocratique (façon athénienne) où les citoyens votaient eux-mêmes les lois. 

Non, dans les républiques modernes (depuis la Révolution française grosso modo), les élections servent à désigner des "maîtres" qui prendront les décisions à la place des électeurs (on ne peut plus utiliser décemment le terme "citoyen"). C'est le premier biais. 

Le deuxième (qui est sans doute aussi important), c'est que les candidats aux élections peuvent être aidés financièrement. Il y a donc de "gros" candidats (qui sont très riches eux-mêmes ou aidés par les très riches) et les "petits" candidats (qui ne gagnent jamais mais qui donnent l'illusion de la pluralité du choix). Comme les élus sont financés par les plus riches, ils prennent des décisions qui vont toujours convenir aux plus riches. Une classe privilégiée (les grands bourgeois) a ainsi succédé à une précédente classe privilégiée (les nobles et les ecclésiastiques). 

Le système républicain est biaisé, conçu pour écarter du pouvoir les personnes les plus modestes, et pour concentrer tous les pouvoirs dans celles d'une oligarchie : les grands marchands.

Le problème n'est pas qu'il y ait des gens riches; c'est que ces gens riches aient un contrôle absolu sur le système politique et qu'ils en abusent. Par exemple, l'utilisateur/consommateur subi ce que le législateur a laissé passer (obsolescence programmée, produits cancérigènes, etc.) pour le plus grand profit des industriels, des grands marchands et des banquiers qui, eux, consomment certainement des produits sains et chers.

Dans des entreprises coopératives ou équivalentes (où les travailleurs sont aussi les propriétaires), les gains seraient mieux distribués. Le pouvoir de corruption diminuerait parce que dilué dans la masse. Ce ne serait pas suffisant pour résoudre les problèmes politiques décrits ci-dessus mais cela contribuerait à améliorer la situation. 

Tout est dans la concentration des pouvoirs. Plus il y a concentration, plus il y a risque d'abus de pouvoirs.

La Terreur économique

Définition :

" Les Montagnards ("révolutionnaires non modérés") prennent le pouvoir en 1793. Pour faire face à la situation et poussés par les sans-culottes parisiens ("révolutionnaires souvent de milieu ouvrier ou artisan portant un pantalon"), ils instaurent la Terreur économique et politique. Un Comité de salut public mené par Robespierre, bloque les prix et le salaires. Il terrorise, pourchasse et guillotine les suspects (nobles, prêtres, opposants à la Révolution ...)."

Ainsi donc, la "Terreur économique" consiste à "bloquer les prix" (pour empêcher qu'ils ne montent en temps de pénurie) et "bloquer les salaires" (pour éviter qu'ils ne baissent face à des carnets de commande affectés eux-aussi par la situation de guerre ou de menaces intérieure -contre-révolutionnaires vendéens- et extérieure -armées autrichienne et anglaise-).

On comprend que les grands bourgeois, marchands et industriels, aient détesté cet empêcheur-de-faire-du-profit-sur-le-dos-des-sans-culottes qu'était Robespierre !

L'Histoire est écrite par les vainqueurs.   


Source de l'extrait : Vu dans un manuel scolaire destiné aux élèves de CM1 ("Histoire Géographie Histoire des arts", CM1 Cycle 3, collection Les Ateliers Hachette, édition Hachette éducation", programmes 2008, page 86)

jeudi 1 février 2018

[Déjà un an de censure par diffamation] Droit de réponse d’Étienne Chouard aux allégations mensongères du journal Le Monde sur son prétendu «Décodex»

Le 1er février est le jour anniversaire de la création en France par le journal Le Monde d’un lamentable outil-de-censure-des-concurrents-gênants, intitulé « Décodex ».
Je commémore ce jour de deuil pour la liberté de la presse en France par cette demande de publication d’un droit de réponse :
------------------------------------------------
Droit de réponse d’Étienne Chouard aux allégations mensongères du journal Le Monde sur son prétendu « Décodex »
Le Monde me fait l’immense honneur de se pencher sur mes travaux, que je mène depuis plus de dix ans, sur le gouvernement représentatif, sur les critères de la démocratie, sur le processus constituant nécessairement populaire, sur le tirage au sort en politique et sur la souveraineté monétaire et politique, pour qu’advienne enfin une vraie liberté, une vraie égalité et une vraie fraternité au sein des peuples et entre les peuples du monde entier.
Son intérêt est cependant tout relatif en ce qu’il s’accompagne d’une mise à l’index d’écrits qu’il n’a probablement jamais consultés.
C’est ainsi que mes deux pages http://etienne.chouard.free.fr/Europe/ et http://chouard.org/blog/ (Blog du Plan C) ont été classées parmi les sites peu fiables par le tristement célèbre DÉCODEX, fruit bizarre d’accords financiers entre le quotidien français et de grands groupes américains du type Google (Cf. Le Monde, « Google finance de plus en plus l’innovation dans les médias français », édition du 17 novembre 2016, annonçant la création d’un « futur service de démontage des rumeurs »).
Le motif avancé ? « la diffusion des théories sur un prétendu « nouvel ordre mondial » sans preuve ni vérification » (sic).
Pourtant, aucune des trois "enquêtes" mentionnées en dessous dudit classement ne fait état d’un quelconque écrit par lequel j’affirmerais l’existence d’un prétendu « nouvel ordre mondial ».
Ni l’article de l’Express du 17 novembre 2014, ni celui des Inrockuptibles du 23 novembre 2014, ni celui de l’Obs du 26 mars 2012, tous trois cités comme sources du DÉCODEX, n’autorisent le jugement péremptoire, malveillant, définitif, des journalistes du Monde sur ma personne et mes idées.
« Décodex », usine à « fake news »
Au surplus, l’emploi de l’expression « nouvel ordre mondial » pourrait-il seulement justifier ladite mise à l’index quand on sait qu’elle est communément employée tant par Le Monde lui-même — qui l’évoque dans des milliers (!) de pages (source) — que par d’éminentes personnalités intellectuelles ou politiques (Kissinger, Attali, Sarkozy, George Bush père, etc.) ?
Le seul point commun de ces trois « enquêtes », d’inégales factures, est la richesse immense des propriétaires des médias qui les ont publiées, soit précisément les personnes qui peuvent légitimement se considérer menacées par les thèses politiques profondément populaires que je défends avec ardeur.
La haine que le DÉCODEX exprime est celle des riches contre le peuple compris dans sa définition concrète, réelle et prolétaire, qui est à l’origine des grèves et des révolutions.
Je défends principalement une idée originale et puissante d’auto-émancipation des peuples par rapport à leurs exploiteurs, à travers des ateliers constituants populaires : je prétends que ce n’est pas aux hommes au pouvoir d’écrire les règles du pouvoir, ce n’est pas aux professionnels de la politique d’écrire ou de réviser la constitution.
Seuls les citoyens sont légitimes et capables pour rédiger, pour réviser et pour protéger une constitution digne de ce nom.
L’enjeu sociétal majeur de cette idée est de retirer aux plus riches le contrôle politique des sociétés humaines, 1) en remplaçant le faux « suffrage universel » (élire des maîtres parmi des candidats que les riches peuvent aider) par un vrai suffrage universel (voter les lois), et 2) en contrôlant sévèrement les cinq pouvoirs (législatif, exécutif, judiciaire, monétaire et médiatique) par des Chambres de contrôles tirées au sort.
Il est notamment une idée puissante que je défends de toutes mes forces et qui déplaît peut-être souverainement aux richissimes propriétaires du Monde (et qui expliquerait peut-être la campagne de dénigrement que je subis depuis le grand succès de la courte vidéo de mon passage à Ce soir ou jamais au début septembre 2014, plus de 35 millions de vues sur Facebook, vidéo dans laquelle je dénonce précisément l’achat des journaux par des milliardaires pour gagner les élections et nous imposer leur droit), ce qui défrise peut-être les subordonnés des riches propriétaires du Monde, donc, c’est cette idée que l’information du peuple ne devrait jamais pouvoir être appropriée par personne et qu’une constitution digne de ce nom prévoirait assurément que tout journal doit appartenir à ses journalistes et ne peut en aucun cas être acheté comme une marchandise (que ce soit par une entreprise ou par un particulier).
Le dénigrement, qui est l’âme de ce DÉCODEX, ridicule entreprise de censure animée par des journalistes quelque peu fatigués par avance des enquêtes qu’ils n’ont pas commencées, exprime le véritable but poursuivi qui n’est ni la vérité ni l’information du public : il s’agit de discréditer une opinion politique en la déclarant non fiable sans même l’avoir jamais discutée.
Étienne CHOUARD.
----------------------------------------------------------------
Pour résumer, le journal d’information dit « de référence », Le Monde, une fois annexé par trois milliardaires, laisse tranquille ses faux « concurrents » (qui sont plus des complices que des concurrents depuis qu’ils ont été achetés eux aussi par les mêmes milliardaires), et dénigre gravement ses principaux concurrents (les journalistes amateurs, indépendants), ce qui est à la fois 1) déloyal et 2) illégal.
Donc, je demande au journal Le Monde d’afficher sur la page diffamatoire (permanente) de son prétendu Décodex un droit de réponse (permanent), sous la forme très brève suivante :
Droit de réponse d’Étienne Chouard aux allégations mensongères du journal Le Monde sur son prétendu « Décodex » : http://chouard.org/blog/2018/02/01/droit-de-reponse-d-etienne-chouard-aux-allegations-mensongeres-du-journal-le-monde-sur-son-pretendu-decodex-2/

mardi 30 janvier 2018

Macron déclare que le Frexit serait probablement majoritaire chez les Français - VOSTFR



Source : https://youtu.be/GPx1UkPTxJc

Les "losers" de la mondialisation ...? Il parle bien de la classe pauvre et moyenne des pays riches ?

Comme l'avait reconnu Ségolène Royal à la BBC en disant qu'il fallait poser les bonnes questions et donc surtout ne pas faire de référendum pour le Frexit... ils savent et nous maintiennent sciemment en taule.. Sortons de cette prison vite !

samedi 13 janvier 2018