dimanche 4 décembre 2016

Conséquences politiques de l'athéisme

Être athée, comme être croyant en telle ou telle religion, est une conviction personnelle, quelque chose d'intime dirait-on. Mais cette conviction a des répercussions sur son éthique (comportement individuel) et, au-delà, peut avoir des répercussions sur la politique (au sens de "comportement collectif"). 

Je souhaiterais réfléchir collectivement à ce que pourrait être une société basée sur l'athéisme. Plusieurs philosophes ont proposé des pistes.

Je précise toute fois qu'il n'y a nul besoin d'être politique quand on est athée. Le philosophe dont je préfère les analyses (Épicure) se défendait même de proposer un modèle de société. Il recommandait de vivre caché, entouré d'amis. Mais d'autres matérialistes, et plus précisément des athées matérialistes (comme Jean Meslier par exemple) ont proposé des organisations sociales spécifiques (basées sur les communes en l'occurrence). 

On pourrait faire une analogie entre religions et idéologies politiques mais il y a tout de même une différence : c'est qu'une société construite sur une idéologie politique (une simple hypothèse au départ, donc) peut être expérimentée. Une fois que l'on a plusieurs exemples de mise en place de la dite société (le résultat d'expériences, donc), on sort de la croyance, pour passer à l'analyse scientifique.

Il est toute fois une élément qui peut avoir une incidence politique. Un athée nie l'existence d'entités supérieures (surnaturelles) et, a prioiri, nie aussi la supériorité de telle race sur une autre, ou de tel individu sur un autre. Pas de hiérarchie au sens étymologique du terme ("hiéro-" sacré, "-archie" pouvoir). Je pense donc qu'un athée, plus qu'un croyant, serait naturellement favorable à la démocratie (égalité de tous les citoyens) ou à l'anarchie (absence d'un pouvoir supérieur dominant tous les citoyens).

Quelle serait la politique de l'UPR envers la haute finance ?



Source : https://youtu.be/L86sAVeb3ZE

L'UPR peut-il former un gouvernement ?



Source : https://youtu.be/IvYeyG-zHF0

Les 5 conditions pour une alliance avec l'UPR

Les cinq conditions : 
- L'échelle des priorités (distinguer les sujets clivants des sujets constitutionnels), 
- la sortie de l'Union Européenne,
- la sortie de l'euro, 
- la sortie de l'OTAN 
- et le respect de l'intelligence des français...



Source  : https://youtu.be/bgZ2g0aOjek

samedi 3 décembre 2016

Charvaka

Definition

by
published on 28 April 2014
The Four Elements (Mana Lesman)
The Charvaka school was a philosophical movement in India that rejected the traditional religious order by challenging the authority of the Vedas as well as the hegemony the Brahman priests. Contrary to the view that India has always been an entirely religious and spiritual land, the Charvaka school is one of the most irreligious and skeptical systems of thought ever devised. This school is considered part of the heterodox systems (also referred to as heresies) of Indian philosophy, and it is also known as Lokayata, a term which in Sanskrit and Pali means “Naturalist” or “Worldly”.

Origin & Early Development

The Charvaka school started to develop around the 7th century BCE, during the time when the culture of world renunciation emerged in India. Buddhist scriptures occasionally mention the Charvaka as part of the wandering religious groups known as sramanas. Before the time of the Charvaka school there were other materialistic schools in India, but none of them managed to systematize their teachings like the Charvaka did.
The Charvaka school challenged the traditional religious order in India, encouraging a sort of spiritual vacuum that compelled the development of new religious alternatives.
The founder of the Charvaka school is considered to be Brihaspati, who seems to be more of a legendary figure rather than an actual person. The most prominent member of this school during the time of the Buddha was a man named Ajita Kesakambali (Ajita of the Hair Blanket), whose ideas are summarized in a Buddhist Pali text known as Samannaphala Sutta, where he denies the doctrine of transmigration of the soul.

Charvaka Doctrine & Core Beliefs

The earliest texts of the Charvaka were written around the 6th century BCE, but unfortunately they have been lost. From what we can piece together, mainly through later works, these thinkers believed in a rigid materialistic perspective in which only things that could be perceived directly were thought to exist. Some of the key principles of this doctrine of materialism were:
  1. All things are made of earth, air, fire and water.
  2. That which cannot be perceived does not exist; to exist implies to be perceivable.
  3. Heaven and hell are nothing but inventions. The only goal of humans is to enjoy pleasures and avoid pain.
  4. Providing a good living for the priests is a sufficient explanation for the practice of religion.
The members of this school did not believe in ideas such as the soul, reincarnation, spirits, or gods. Religion, they said, is nothing but a fraud devised by clever men who want to take advantage of others. Soul or consciousness can be explained in natural terms as a side effect of having a healthy body: When the body dies, consciousness simply disappears. No existence other than the physical body exists for the Charvaka.
The attitude towards human conduct in the Charvaka school was a very flexible one: Right or wrong were seen as merely human conventions. The cosmos, they believed, was indifferent to human behaviour. If this life is all there is, if there is no afterlife whatsoever, then we should live enjoying the physical life the best we can.
There were a number of aphorisms ascribed to Brihaspati that have also been lost. Only a brief poem used to denounce the priestly caste has survived to our days:
The costly rites enjoined for those who die
Are but a means of livelihood devised
By sacerdotal cunning, nothing more....
While life endures let life be spent in ease
And merriment; let a man borrow money
From all his friends, and feast on melted butter
(Durant, 418)
This poem is particularly provocative if we keep in mind that butter was poured into the sacrificial fire by the Brahman priests.
In the novel about the life of the Buddha named "A Spoke in the Wheel", the author paraphrases some of the criticisms of the Charvaka school concerning the practices of Brahman priests. Although this is only fiction, it reflects some good points of conflict between the Charvaka and the traditional religious order:
[...] Spells, incantations, rituals, even the duties of the four varnas [castes] - all these are nonsense, invented for the livelihood of those destitute of knowledge and manliness. If a beast slain in the Jvotistoma rite [Vedic ritual] goes straight to heaven, why doesn't the sacrificer offer his father instead? If offerings to priests can feed ancestors in heaven, how is it that that person standing on top of a house cannot be gratified by food served inside? They cannot - because all such long-distance gratification is buffoonery!
(Kanekar, 181)
The materialism that the Charvaka school advocated in India was popular for quite a long time. It claimed that the truth can never be known except through the senses: The body, not the soul, feels, sees, hears and thinks. Religions flourish only because people have become accustomed to them. Faith is destroyed by true knowledge and when this happens, people feel a sense of loss and an uncomfortable void that's difficult to handle. Nature is indifferent to human conventions, such as good and bad or even virtue and vice. The sun shines equally upon sinners and saints.
The Charvaka school challenged the traditional religious order in India, weakening the authority and reputation of the priests and encouraging a sort of spiritual vacuum in Indian society that compelled the development of new religious alternatives. The materialistic ideas were so strong that the new religions, which arose to replace the old faith, were devotions without a god or gods or, in other words, non-theistic religions. Such an idea might sound like a contradiction in itself, but that was exactly the approach of some of the main religious movements that appeared as a result of this religious controversy. In a reaction against the priestly class, these new religions originated in the Kshatriyas caste (the warrior rulers caste), opposing the traditional priestly hegemony. In this context of religious crisis, Jainism and Buddhism were born.

About the Author

Cristian Violatti
Cristian Violatti is a freelance writer, currently studying Archaeology at the University of Leicester, England. He is a regular contributor and one of the editors of Ancient History Encyclopedia. 
 

Chârvâka, l’ancêtre du matérialisme, est Indien !

Au VIIe siècle avant J-C, deux siècles avant Démocrite, Chârvâka propose une philosophie athée, matérialiste, hédoniste (école Lokayata). Selon la philosophie du Chārvāka, toute connaissance dérive des sens, les écrits religieux n’ont aucun sens et sont du bavardage infantile. Pour les partisans les plus extrêmes de cette pensée, le raisonnement n’est une voie de connaissance du monde que si les pensées correspondent à des réalités perçues.Tous les livres de Chârvâka ont été brulés par les brahmanes. Ses principales idées nous sont connues seulement via des fragments cités par ses adversaires hindous etbouddhistes qui en firent la critique dans leurs écrits, parmi lesquels le Chhāndogya UpanisadMahābhārata (Shalya-parva et Shânti-parva), la pièce Prabodhachandrodaya de Krishnamishra, leSârvadarshanasamgraha (Résumé des conclusions de toutes les doctrines) de MâdhavâchryaNyâyasûtabhâshya de Pakshilasvâmin Vâtsyâyana, la Nyayakandali de Shrîdhara, la Nyāyamanjarî de Jayanta et le Bhāmati de Vâchaspatimishra.
Chârvâka est le nom d’un penseur indien du VIIe ou VIe siècle avant J.C., mais aussi de son système de pensée - aussi connu sous le nom de Lokâyata, de loka, le monde, soit la seule chose qui existe véritablement. Il s’agit d’une philosophie matérialiste, athée et hédoniste, qui réfute la théorie de la transmigration et n’admet que la perception comme moyen de connaissance. Ce penseur appartient à la génération qui, par sa remise en cause du brahmanisme et sa négation de l’existence des dieux védiques d’où découle l’absurdité des rites sacrificiels, a ouvert la voie au jaïnisme et au bouddhisme.
L’école philosophique antithéiste Chârvâka apparut en Inde vers le XIe siècle av. J.-C.. Elle est classée comme un système philosophique hétérodoxe et n’est pas considérée comme l’une des six écoles orthodoxes de l’hindouisme mais il est important de noter que c’est un mouvement matérialiste à l’intérieur de l’hindouisme.
L’une des plus anciennes références au chârvâka se trouve dans le Rig Veda. S’y rapporte aussi le conseil que le brahmane Jâbâli donne à Râma dans le Râmâyana : « Je plains ceux qui, renonçant aux plaisirs du monde, cherchent à acquérir des mérites pour être heureux dans l’Au-delà et se plongent dans une mort qui n’en finit pas ; je ne plains pas les autres... Sois sage, Râma, il n’y a de monde que celui-ci, c’est certain ! Jouis du présent et jette derrière toi ce qui ne te plaît pas. »
Aucun des textes originaux de cette école - en particulier le Bârhaspatyasûtra, aussi connu sous le nom de Lokâyatasûtra - n’a été préservé, probablement détruits par leurs adversaires brahmanes qui les avaient combattus. Ses principales idées nous sont connues seulement via des fragments cités par ses adversaires hindous et bouddhistes qui en firent la critique dans leurs écrits, parmi lesquels le Chhândogya Upanisad, le Mahâbhârata (Shalya-parva et Shânti-parva), la pièce Prabodhachandrodaya de Krishnamishra, le Sârvadarshanasamgraha (Résumé des conclusions de toutes les doctrines) de Mâdhavâchrya, le Nyâyasûtabhâshya de Pakshilasvâmin Vâtsyâyana, la Nyayakandali de Shrîdhara , la Nyâyamanjarî de Jayanta et le Bhâmati de Vâchaspatimishra.
Selon la philosophie du Chârvâka, toute connaissance dérive des sens, les écrits religieux n’ont aucun sens et sont du bavardage infantile. Pour les partisans les plus extrêmes de cette pensée, le raisonnement n’est pas une voie de connaissance du monde. Seule la perception importe et ce qui ne peut être perçu n’existe pas, en particulier un autre monde différent de celui offert par les sens. En cela, ils réfutent un concept comme celui de la mâyâ. Les Chârvâkas croient que le monde est composé de quatre éléments : la terre, l’eau, le feu et l’air, et tout ce qui existe dans le monde en est la composition, y compris la conscience, et que la libération est la destruction du corps, la mort étant la fin de tout, matière et conscience. Parmi les quatre buts de la vie décrits par les philosophes hindous, les chârvâkas considèrent que l’artha, l’enrichissement, et le kâma, la satisfaction des passions, sont les deux seuls buts légitimes, rejetant le dharma, le devoir envers l’équilibre du monde, et la moksha, la libération finale de l’âme individuelle.
Aucun des textes originaux de cette école - en particulier le Bârhaspatyasûtra, aussi connu sous le nom de Lokâyatasûtra - n’a été préservé, probablement détruits par leurs adversaires brahmanes qui les avaient combattus. Ses principales idées nous sont connues seulement via des fragments cités par ses adversaires hindous et bouddhistes qui en firent la critique dans leurs écrits, parmi lesquels la Chāndogya Upaniṣad, le Mahābhārata (Shalya-parva et Shânti-parva), la pièce Prabodhachandrodaya de Krishnamishra, le Sarvadarshanasamgraha (Résumé des conclusions de toutes les doctrines) de Mâdhava, le Nyâyasûtrabhâshya de Pakshilasvâmin Vâtsyâyana, la Nyayakandali de Shrîdhara, la Nyāyamanjarî de Jayanta et la bhāmatī de Vâchaspatimishra.
En usage plus général, c’est un système de philosophie indienne qui soutient le scepticisme et refuse les doctrines traditionnelles (comme celles de réincarnation, rendement des rituels etc.)
Selon la philosophie du Charvaka, toute connaissance dérive des sens, les écrits religieux n’ont aucun sens et sont du bavardage infantile. Pour les partisans les plus extrêmes de cette pensée, le raisonnement n’est pas une voie de connaissance du monde. Seule la perception importe et ce qui ne peut être perçu n’existe pas, en particulier un autre monde différent de celui offert par les sens. En cela, ils réfutent un concept comme celui de la mâyâ. Les Charvaka croient que le monde est composé de quatre éléments : la terre, l’eau, le feu et l’air, et tout ce qui existe dans le monde en est la composition, y compris la conscience, et que la libération est la destruction du corps, la mort étant la fin de tout, matière et conscience. Parmi les quatre buts de la vie décrits par les philosophes hindous, les chârvâkas (selon leurs détracteurs, seule source connue) considèrent que l’artha, l’enrichissement, et le kâma, la satisfaction des passions, sont les deux seuls buts légitimes, rejetant le dharma, le devoir envers l’équilibre du monde, et le moksha, la libération finale de l’âme individuelle
On notera la bêtise de la citation suivante...
"[Le premier véritable athée :] Et il me plait que cette généalogie de l’athéisme philosophique procède d’un prêtre : l’Abbé Meslier, saint, héros et martyr de la cause athée enfin repérable..." (Michel Onfray / né en 1959 / Traité d’athéologie / 2005)

Sourcehttp://www.matierevolution.fr/spip.php?article4145
 

Le rationalisme intégral dans l’histoire de la pensée

Voici une classification des philosophes et scientifiques les plus célèbres selon leur compatibilité avec le rationalisme intégral, à l'aide du code couleur suivant:
- En Bleu: les penseurs compatibles avec le rationalisme intégral. En bleu clair, les penseurs dont la comptabilité est possible, mais discutable par manque d’information ou en raison de (cet élément).
- En Noir: les penseurs incompatibles avec le rationalisme intégral (motif de cette incompatibilité), même si certaines de leurs idées peuvent les en rapprocher.



Antiquité: Cosmologie Chinoise (pseudo-vitalisme: ying-yang), Kapila (théisme ?), Kanada (théisme), Charvaka (spiritualisme?), Bouddha (relativisme), Anaximandre, Pythagore (superstition, dualisme), Xénophane (monothéisme), Parménide (spiritualisme), Héraclite (irrationalisme), Empédocle (dualisme), Anaxagore (vitalisme : le « nous »), Leucippe, Diogène d'Apollonie, Démocrite, Protagoras (relativisme), Gorgias (relativisme), Socrate (sceptique), Platon (bon dieu transcendant, dualisme âme/corps), Aristote (Dieu incausé, causes finales, dualisme), Pyrrhon (ultra-scepticisme), les stoïciens (providence, finalisme, vitalisme), Epicure (clinamen ?), Philodème de Gadara (épicurien), Lucrèce (épicurien), Cicéron (sceptique), Plutarque (platonisme), Lucien de Samosate, Sextus Empiricus (sceptique), Plotin (néo-platonisme), Diogène d'Oenanda (épicurien)
Moyen-âge: al-Razi (dualisme, dieu surnaturel), Avicenne (néo-platonisme), Averroès (dieu d’Aristote), Ansleme (théologie chrétienne), Thomas d’Aquin (bon Dieu transcendant, dualisme âme/corps)
Renaissance: de Cues (théisme), Mirandole (néo-platonicien), Leonard de Vinci, Erasme (dualisme, monothéisme), Montaigne (scepticisme), Bruno (magie? dualisme ?)
XVII-XVIIIe siècle: Bacon (déisme), Galilée (croyant ?), Hobbes (dieu incausé, miracles), Descartes (Dieu inaccessible, Dieu aurait pu choisir que 1+1=3, dualisme âme/corps), Pascal (chrétien), Gassendi (déisme, causes finales), Cyrano de Bergerac (épicurisme de Gassendi), Spinoza, Toland (néo-spinozisme), Locke (empirisme, déisme, miracles), Newton (déisme, occultisme), Malebranche (théologie chrétienne), Leibniz (bon Dieu impuissant au dessus des lois de la nature, spiritualisme, causes finales), Wolf (leibnizien), Berkeley (spiritualisme), Condillac (sensualisme), Hume (scepticisme, critique de la causalité), Montesquieu (déisme), Voltaire (déisme), Helvétius (déisme), Rousseau (déisme, dualisme), La Mettrie (déisme), Meslier, d'Holbach, Laplace, Diderot (déisme ?), Jefferson (épicurisme de Gassendi), Kant (principe de causalité limité aux phénomènes, Raison humaine limitée, scepticisme)
XIX-XX-XXIe siècle: Hegel (spiritualisme, irrationalisme, théodicée chrétienne déguisée, contradiction érigée en principe), Fichte (spiritualisme), Schelling (irrationalisme), Kierkegaard (chrétien), Mill (empirisme), Comte (positivisme, relativisme), Cournot (transrationalisme, vitalisme), James (relativisme, positivisme) Schopenhauer (spiritualisme, positivisme), Feuerbach, Marx (faux-matérialisme), Lénine, Darwin (agnostique), Pasteur (déisme), Faraday (croyant), Nietzsche (scepticisme), Bergson (spiritualisme, vitalisme), Politzer, Santayana ("there is nothing impossible in the existence of the supernatural"), Mach (positivisme), Boltzmann, Einstein, Bohr (positivisme), Heisenberg (positivisme), Schrödinger (spiritualisme, védanta), Russell (positivisme logique, sceptique), Whitehead (théisme), Gödel (spiritualisme leibnizien), Cassirer (néo-kantien), Jaspers (mystique), Weil S. (mystique), Husserl (anti-rationaliste), Heidegger (anti-rationaliste), Wittgenstein (positivisme logique), Popper (néo-positivisme, pseudo-dualisme), Merleau-Ponty (anti-rationaliste), Sartre (spiritualisme, néo-positiviste), Levinas (croyant), Ayn Rand, Leo Strauss (révélation biblique), Foucault (relativisme), Habermas (limites de la Raison), Cioran, Rosset (sceptique), Levi-strauss (accepte les contradictions et les antinomies), David Kellogg Lewis (la liberté interrompt des lois de la nature ?), Steven Weinberg, Hawking (néopositivisme?), Dawkins, Penrose (néo-platonisme), Morin E. (relativisme), Comte-Sponville (envisage les limites de la Raison), Onfray (relativisme nietzschéen), Tegmark, Willeime

A la vue de cette liste, les plus importants courant de pensée représentant le rationalisme intégral sont:
- l'atomisme de la Grèce antique
- les lumières radicales et leurs prolongements à travers le matérialisme français du XVIIIe siècle
- l’épistémologie d'Einstein qui a eu une forte influence sur un grand nombre de physiciens théoriciens

dans une moindre mesure, on peut
également considérer:
- l'objectivisme (Ayn Rand)
- le marxisme, bien que la position de certains dont Marx lui-même soit discutable.


        Note: Le but de cette liste est de faire ressortir les représentans du rationalisme intégral parmi les autres penseurs. Par conséquent, certains précurseurs majeurs du rationalisme intégral comme Pythagore sont exclus de ce classement. Ce classement a donc le défaut d’induire une déformation, car des individus comme Anaxagore et Thomas d’Aquin sont tout deux jugés incompatibles, alors que le premier en est assez proche et que le second en est très éloigné.
 
Source : http://www.willeime.com/classement.htm

Philosophes sans Dieu. Textes athées clandestins du XVIIIe siècle

Jean-Luc Chappey
p. 209-211
Référence(s) :
Philosophes sans Dieu. Textes athées clandestins du XVIIIe siècle réunis par Gianluca Mori et Alain Mothu, Paris, Honoré Champion, 2005, 400 p., ISBN : 2-7453-1251-0, 65 €.

Méconnu ou objet d’interprétations qui en réduisent la portée, l’athéisme constitue pourtant un des phénomènes majeurs dans la pensée du XVIIIe siècle. C’est à travers la présentation précise et exhaustive d’une dizaine de textes plus ou moins connus, rédigés entre le début et la fin du siècle, que G. Mori et A. Mothu proposent de redécouvrir l’originalité et l’importance des « philosophes sans dieu » dans la dynamique intellectuelle des Lumières. S’attachant autant à l’étude des modalités sociales de production, de publication et de circulation de ces textes souvent anonymes qu’à l’analyse des stratégies narratives et des thèmes qu’ils contiennent, les auteurs parviennent à faire émerger les diverses facettes d’un courant dont ils dévoilent la complexité. Utilisées à partir des années 1770 par les anti-Lumières pour stigmatiser leurs adversaires, les notions d’« athées » et d’« athéisme » ont pu laisser croire à l’existence d’un courant socialement homogène et théoriquement cohérent qui n’aurait cessé de se renforcer tout au long du siècle pour jouer un rôle crucial dans le « complot » révolutionnaire. Or, s’écartant des réifications et autres simplifications téléologiques, cet ouvrage reconstitue au contraire l’épaisseur d’un athéisme qui ne saurait être réduit à une « école ». Loin d’en donner une définition a priori ou trop réductrice (l’athéisme ne pouvant se réduire à un discours antireligieux), les auteurs insistent sur la nécessaire contextualisation qui permet d’étudier les modalités thématiques et narratives à partir desquelles se construit le statut du texte et la posture sociale de l’« athée ». Considérant l’athéisme comme le produit d’une opération d’écriture, les auteurs étudient ainsi les divers outils utilisés pour construire cette position dont ils analysent les différents enjeux. Par là, il apparaît que l’athéisme – loin de former un bloc de doctrines uniformes où réunir des textes appartenant à un genre identifiable – se caractérise au contraire par sa très grande hétérogénéité et plasticité.

À bien des égards, les différents textes proposés sont « inclassables » par le caractère hybride de leur composition narrative et théorique. Or, c’est justement ce statut hybride qui en constitue l’originalité et le caractère novateur : comme le montrent de manière érudite et convaincante les auteurs, l’athéisme constitue à proprement parler un « lieu » d’écriture expérimentale, un espace d’élaboration conceptuelle et de posture sociale qui occupe – en dépit de son caractère clandestin et souvent marginal dans l’ordre des productions – une place majeure dans la dynamique intellectuelle et les grands débats de la période. Loin de devoir être recherché dans un corps de doctrines pré-construites, l’athéisme renvoie à diverses actions d’écriture à partir desquelles se construisent – dans des contextes particuliers – des positions critiques, voire subversives, mettant en cause les cadres doxologiques [du grec doksologia, glorification] des croyances, des vérités et des dogmes établis.  C’est autant dans l’analyse du contenu que dans l’étude du caractère souvent « inclassable » du texte qu’il convient d’en mesurer la portée : résistant aux cadres dominants et rassurants de classification des genres d’écriture, le texte athée se caractérise par ses effets de brouillage des formes narratives et des genres de production. Entre le traité de morale (du Marsais) et l’essai scientifique (Henri de Boulainvilliers et sa tentative d’une cosmogonie générale), entre le roman et la fable, l’impossible normalisation du texte athée renvoie au caractère fluide et mouvant d’un discours qui ne cesse d’utiliser les ressources rhétoriques et théoriques du contexte particulier au sein duquel il émerge. Les stratégies de brouillage sont en effet au cœur du dispositif athée. Loin de pouvoir être réduit à une simple réaction ou réponse univoque à la religion et à l’Église catholique, l’athéisme constitue ainsi un cadre d’innovation rhétorique et d’invention théorique : les auteurs détaillent ainsi les différentes stratégies de construction du texte à partir desquelles, et souvent sous couvert du masque du conformisme, se met en place le travail de déconstruction et de sape des dogmes. 

En nous faisant découvrir cette pragmatique de l’athéisme, les auteurs n’en soulignent que plus l’apport de ces textes à la dynamique intellectuelle du XVIIIe siècle : cherchant à créer un écart et un déplacement face aux théories dominantes, les athées puisent largement dans des théories étrangères ou marginales jouant un rôle majeur autant dans les phénomènes de transferts et d’acclimatations en France de théories étrangères (l’athéisme jouant ainsi un rôle majeur dans le processus de médiation intellectuelle entre la France et l’Angleterre notamment) que dans la « conservation » d’idées considérées comme fausses ou aberrantes. Il apparaît ainsi que l’athéisme, loin d’être un courant marginal, occupe une place fondamentale dans les débats intellectuels du XVIIIe siècle, dépassant largement la question religieuse. Ainsi, dans Sur les preuves de l’existence de Dieu (1715-1720), le jeune avocat André-Robert Perelle, qui introduit la possibilité d’un monde sans Dieu et dépendant du seul mouvement des particules élémentaires, s’appuie sur des « nouveautés scientifiques » venues d’Outre-Manche, en particulier les théories de Newton qu’il contribue à introduire en France. Utilisant Newton de manière rudimentaire, Perelle parvient à infléchir les thèses de Descartes dans un sens original qui rompt avec les lectures « officielles ». Dans ce jeu complexe visant toujours à créer un décalage face aux « vérités », la Lettre de Thrasybule à Leucippe (1720-1725) de Nicolas Freret constitue indéniablement un texte de premier plan. La position d’athée de l’auteur se construit à partir de son statut éminent au sein des institutions intellectuelles consacrées : or, il utilise justement sa position d’érudit et d’historien pour revendiquer une position d’écart et de retrait face aux différents « systèmes » de pensées. Il se construit ainsi une position d’anti-conformiste : en s’interrogeant sur l’histoire des religions – ravalées chez lui au rang de fables -, il met en place une pensée radicalement empiriste et matérialiste dont on pourrait retrouver l’écho plus tardivement chez Dupuis. Dénonçant le caractère chimérique des croyances religieuses, présentées comme des produits de l’imagination, Freret utilise par ailleurs plusieurs genres d’écriture et joue sur différents registres de savoirs qui contribuent à renforcer davantage son entreprise de démolition.

Dans ce parcours dont on ne peut que souligner l’intérêt, les années 1770 marquent bien (ici comme ailleurs) un tournant, une rupture caractérisée par un double mouvement de radicalisation des critiques (comme l’illustre le texte connu sous le titre Jordanus Brunus Redividus publié avant 1771 et constitué à partir d’une marqueterie de textes antérieurs), mais aussi de formalisation. Comme le montrent G. Mori et A. Mothu, c’est en effet à partir des années 1770 que la notion d’athéisme est revendiquée comme un marqueur d’identité et de reconnaissance. Menées par des réseaux proches des milieux de l’imprimerie et de la librairie (en particulier le réseau bien connu de la coterie d’Holbach), on voit émerger de véritables entreprises de normalisation théorique d’un athéisme en construction qui cherche à se donner une visibilité et une cohérence à travers la valorisation d’auteurs et de textes antérieurs qui, placés dans ce nouveau contexte de « publication », acquierent un statut athée. On voit ainsi se forger progressivement un véritable corpus théorique et social de l’athéisme, entreprise qui s’inscrit pleinement dans les luttes doctrinales des années 1770-1780. Le tour d’horizon s’achève avec le baron d’Holbach et son De la Raison, petit texte original, s’inscrivant dans la vaste entreprise éditoriale de publication d’inédits fictifs menée par Naigeon et l’éditeur d’Amsterdam Rey. À travers un jeu de masque, d’Holbach brouille les pistes et propose un véritable « bricolage » rhétorique et théorique mêlant traductions et citations à partir duquel le lecteur est amené à découvrir un projet intellectuel fondé sur la promotion d’une pensée rationnelle et la valorisation d’un « école » de pensée athéiste que le texte construit en même temps qu’il légitime. En insistant sur les différentes dynamiques de publication, en croisant l’histoire sociale et l’histoire des idées, G. Mori et A. Mothu parviennent à renouveler en profondeur notre regard sur l’athéisme du XVIIIe siècle et sur ses enjeux. S’il convient de ne pas en exagérer l’influence et la portée – comme le montrent les travaux sur la « culture » des députés de l’Assemblée constituante par exemple – il convient de constater que l’athéisme a incontestablement joué un rôle majeur dans le renouvellement, l’expérimentation et la recherche de nouvelles voies possibles dans la pensée des Lumières, ouvrant ainsi de nombreuses perspectives de questionnements et de recherches.


Anno Domini

Le calendrier chrétien n'a été mis en place qu'au VIème siècle. Voici un extrait de l'article Wikipédia consacré à l'Anno Domini 
 
Anno Domini (« en l'Année du Seigneur »), ou plus exactement Anno Domini Nostri Iesu Christi qui signifie littéralement « en l'Année de notre Seigneur Jésus-Christ », est un terme qui désigne l’année de la naissance de Jésus-Christ telle qu'elle fut évaluée au VIe siècle. Décrétée an 1, cette année inaugure l’ère chrétienne, également appelée ère commune, ère conventionnelle ou notre ère ; ce système de datation est compris — sinon adopté — par toutes les organisations mondiales. Cette datation a été calculée en se basant sur le Liber de Paschate de Denys le Petit, publié vers 525 ; il avait été chargé par le chancelier papal Bonofacius de concevoir une méthode pour prévoir la date de Pâques selon la « Règle Alexandrine ». Cette règle avait été transcrite dans des tables (dites latines) préparées vers 444 par un subordonné de l'évêque Cyrille d'Alexandrie. Ces tables couvraient des périodes de 95 ans (ou cinq cycles de 19 ans du grec Méton) et dataient les années selon le calendrier dit de l'ère de Dioclétien dont la première année est notre année 285.

Au IIe siècle, Justin de Naplouse et Irénée de Lyon plaçaient cette naissance l'année du recensement de Quirinius, c'est-à-dire en l'an +6. Justin était même très précis puisqu'il écrivait par ailleurs « le Christ naquit il y a 150 ans sous Quirinius », ce qui correspond bien au moment du recensement de Quirinius par rapport à la date estimée de l'écrit de Justin. Au début du IIIe siècle, Clément d'Alexandrie faisait coïncider cette datation avec la 28e année suivant la prise d'Alexandrie par Auguste (c'est-à-dire en l'an -2 du calendrier actuel). Tertullien et Jules l'Africain sont les premiers à proposer une date de naissance équivalente à celle qui a été adoptée au VIe siècle, Hippolyte de Rome et l'historien Orose préféraient retenir l'année 752 Ab Urbe Condita (an -2 du calendrier actuel). Eusèbe de Césarée parle de la 42e année d'Octave/Auguste (an -2 du calendrier actuel), mais il est aussi le premier à indiquer que Jésus serait né « au temps d'Hérode » (c'est-à-dire avant -4).

En 525, Denys ajouta un cycle de 95 ans à partir de l'année 247 de l'ère de Dioclétien là où s'arrêtaient les tables alexandrines qu'il avait en sa possession, (c'est-à-dire à partir de 285 + 247 = 532 de notre calendrier actuel). Mais il décida en même temps de modifier l'année du début du calendrier pour ne plus se référer au calendrier de Dioclétien, empereur qui avait sévèrement persécuté les Chrétiens. Il déclara donc que l'année où il réalisait ce complément aux tables d'Alexandrie était l'année 525 après l'Incarnation du Christ, qui devenait l'année de départ du nouveau calendrier. On ne sait de manière certaine s'il avait noté que l'année 532, à partir de laquelle il avait ajouté un cycle de 95 ans, correspondait au produit de 19 (cycle de Méton), par 4 (pour les années bissextiles), par 7 (pour les jours de la semaine), c'est-à-dire au cycle de 532 ans du calendrier alexandrin, cycle pour lequel Pâques tombe le même jour du même mois.

Denys le Petit prit comme jour de départ le 25 mars (jour de l'équinoxe de printemps dans le calendrier julien initial) de l'année 753 ab urbe condita, parce qu'elle offrait une coïncidence avec la Nouvelle Lune de Printemps. En effet, cette année-là, qui correspond à l’an -1 du calendrier actuel, soit l'an 0 sur l'échelle des astronomes3, la nouvelle lune de printemps se produisit le 24 mars à 11 h 28 TU. Les années proches n'offraient pas cette coïncidence.[...]
 

vendredi 2 décembre 2016

Le Pen-Mélenchon, la fable de l'épouvantail et de la girouette

Il était une fois, une oligarchie de marchands, devenus banquiers avec le temps. La population mécontente, chercha des solutions. Elle regarda la télévision, et vota pour Flamby ou Nabot. Cela ne fonctionna pas. La population toujours mécontente chercha toujours des solutions, elle alla voir sur internet, et découvrit cet article odieux : 
 
Le Pen-Mélenchon, la fable de l'épouvantail et de la girouette

Il était une fois, une oligarchie de marchands, devenus banquiers avec le temps, qui ont réussis à endetter des pays entiers pour assouvir leurs envies de pouvoir et de richesse.
La population mécontente, chercha des solutions. Elle regarda la télévision, suivie les conseils des grands experts, et vota pour Flamby ou Nabot.
Cela ne fonctionna pas.
La population toujours mécontente, chercha toujours des solutions, elle alla voir sur internet, et découvrit cet article odieux qui dit des mauvaises choses sur Épouvantail et Girouette, ses candidats préférés selon la télévision :


L'oligarchie banquière a toujours une longueur d'avance sur la population. L'extrême droite et l'extrême gauche se revendiquent antisystème pour changer la politique, mais avec un peu de recul géopolitique, que cachent-ils vraiment ?

Marine Le Pen

Quand on est soucieux de la perte de souveraineté, de l'immigration incontrôlée, et de l'insécurité, le choix du Front National correspond à ces sujets. Mais malheureusement pour eux, tous ceux qui pensent que le Front National va changer quelque chose se trompent. Tout le programme du FN ne peut s'appliquer car ce parti n'est pas un parti euro-sceptique. Aucune profession de foi ne stipule que le FN sortira de l'UE par l'article 50 du TUE. Marion-Maréchal, Philippot, ou Louis Aliot disent tous des discours différents sur l'UE, l'OTAN, et l'Euro, ce qui produit une grande incohérence et une preuve de l'escroquerie du FN. Voici en vidéo, leurs 21 contradictions :
 https://www.youtube.com/watch?v=LwvnNJO6RBo

Vidéo des contradictions du FN © UPR
Inutile de rappeler que Marine Le Pen est député européenne depuis 2004 et qu'elle n'a pas voté contre le TAFTA par abstention, et voté OUI aux secrets des affaires avec les 11000€ que lui donne Bruxelles.

Financièrement, le FN est dans une grande crise de budget et cache sous le tapis l'immense dette empruntée aux grandes banques avec deux micro-partis Jeanne et Cotelec. Sans parler des comptes en Suisse, de l'amitié avec Cahuzac, l'affaire des Panama Papers, l'héritage de Hubert Lambert, et les millions de dons par certains banquiers. Un parti antisystème ne peut pas être endetté à ce point-là. Il n'y a aucune crédibilité.

D'ailleurs le discours du FN, comme celui de Zemmour arrange parfaitement les intérêts de l'oligarchie. On manipule les pauvres blancs et les pauvres d'origine étrangère pour diviser les nations pendant que les ultra-riches s'en sortent. On appelle cela Le Choc des Civilisations de Samuel Huntington (politologue américain), ou Le Grand Échiquier de Zbigniew Brzeziński (conseiller à la sécurité nationale du président des États-Unis Jimmy Carter dans les années 70). C'est une stratégie d'ingérence très efficace notamment dans les pays européens ou la dictature de l'UE continue à vassaliser les pays au profit des multinationales anglo-saxonnes. Et oui ... les électeurs FN ne sont que les idiots utiles de l'oligarchie américaine.

Les liens avec les USA sont nombreux. Le FN a été financé par le mouvement CAUSA International avec le député Pierre Ceyrac dans les années 70 et 80. Ce mouvement créé par la secte Moon pour combattre le communisme a été soutenu par les services secret sud-coréen KCIA et ceux américains CIA avec l'accord de Bush. Rappelons que le Front National a été fondé à l'origine autour du groupuscule "ordre nouveau", il est sorti de sa caverne, uniquement grâce à l'intervention de François Mitterrand dans les années 1980. Le 13 février 1984, Jean-Marie fait son entrée à "L'Heure de Vérité", et des millions de français le découvrent, à quatre mois des élections législatives, dans un timing bien décidé. Le FN est un parti épouvantail tout comme Le Front de Gauche est une escroquerie du côté socialiste.

La fille bourgeoise du château de Montretout a également accepté de venir devant l'oligarchie financière américaine pendant son adoubement du gala de 2015 du Magazine Time en la nommant parmi les 100 personnalités les plus influentes dans le monde. Le groupe Bilderberg réunissant l'élite financière et politique et même le Dîner du Siècle réunissant l'élite journalistique, connaissent bien l'escroquerie du FN et ne se privent pas de faire sa promotion en le diabolisant malhonnêtement, ou en médiatisant ses interventions sous climat d'attentat. Tout cela sans parler des partis comme l'Union Populaire Républicaine.

Le FN a également choisi de sortir de leur période de crise financière (2 129 638 euros de prêts du FN minimum selon la cnccfp) en allant demander de l'aide aux lobbies néo-sionistes. Même si la candidate avocate-d'affaires refuse de s'afficher au dîner du Crif pour remplir son carnet d'adresse, elle va en catimini à l'AIPAC outre-Atlantique (sorte de super Crif américain). Son compagnon Louis Aliot fait également des séjours en Israël ou Palestine occupée. En reniant ses valeurs et ses électeurs, ces actions pourraient être une raison supplémentaire du mécontentement entre le père et la fille.
D'ailleurs Marine Le Pen ainsi que de nombreux leader autoproclamé du FN sont francs-maçons comme Gilbert Collard, Vieil ami du Grand Orient de France et de la Grande Loge nationale française.
Inutile d'ignorer l'existence de ces lobbies, car l'actualité avec les déclarations de Jean-Frédéric Poisson, et même Dieudonné, contredisent la propagande. Les médias sont tenus par une dizaine de milliardaires dont Patrick Drahi qui a décidé de renoncer à sa nationalité française pour ne garder que celle israélienne. Patrick Drahi dirige BFM, RMC, et aussi SFR-Numéricable. Il participe à cette ingérence de puissances extérieures dans notre pays, de la même façon que les fausses ONG du milliardaires George Soros participent aux ingérences dans toute l'Europe.


Jean-Luc Mélenchon


Quand on est informé sur l'arnaque de la création monétaire, la complicité de nos gouvernements, et les inégalités des richesses, Mélenchon peut paraître convainquant. C'est vrai qu'il a une certaine colère qui fait plaisir à entendre. Mais quand il dénonce les hypocrites sur une place de Toulouse, il oublie malheureusement de se compter dans le lot…

Mélenchon a créé un programme presque démocratique. Son projet a repris le travail de l’Humain d’Abord de l’élection de 2012, puis il a été complété par La France insoumise qui a élaboré le programme d’aujourd’hui.

La démocratie présentée dans la France insoumise est basée sur plusieurs étapes : La première consiste à prendre en compte 3000 doléances citoyennes de février à août 2016.

La deuxième était d’organiser des auditions faisant un condensé des propositions avec des intellectuels et elles sont publiées en ligne : https://www.youtube.com/playlist?list=PL49hPUZTPboUlcm-7_uPeWjbkGSkkEEVd

Parmi tous les thèmes de ces auditions, il y en a une sur l’Union Européenne https://www.youtube.com/watch?v=OFrXp5x7pyE&index=11&list=PL49hPUZTPboUlcm-7_uPeWjbkGSkkEEVd

avec Aurélien Bernier (auteur de Désobéissons à l’Union Européenne) et Coralie Delaume (auteur du blog L’arène Nue) coordonnée par l’économiste Jacques Généreux (qui arrive en retard), et la juriste Charlotte Girard.

Cette vidéo a été vue moins de 4000 fois, ce qui prouve qu'au moins 126 000 insoumis.es s sur les 130 000 se contrefoutent de vérifier le processus démocratique de l’écriture du programme citoyen, mais suivent les paroles du leader Jean-Luc Mélenchon dans tous les médias qui ne refusent pas de l’inviter.
On a l'impression que les coordinateurs Généreux et Girard essaye de vendre leur programme à des intellectuels, tout en déviant des questions posés et de la description du problème dans son ensemble.
Dans ses livres, Aurélien Bernier estime que les difficultés électorales de la gauche radicale proviennent d'un manque de clarté sur trois sujets clés : le libre-échange, la construction européenne et la souveraineté nationale. Et la campagne de Jean-Luc Mélenchon n'a pas éclaircit ce flou. D'ailleurs 45% du Parti de Gauche a voté contre le programme de Mélenchon en juillet 2015.

à 21:38 Aurélien Bernier dit que le Parti de Gauche esquive le problème de l'Union Européenne, c'était un sujet qui fâchait à l'époque.
à 22:23 Aurélien Bernier avertit le Parti de Gauche sur les nuances entre ce qui est écrit dans le programme et les interventions de Mélenchon.
à 22:52 Aurélien Bernier évoque le fait que la "Désobéissance" des traités européens était floue.
Il parle également du Débat entre Mélenchon et Jacques Sapir :
http://www.dailymotion.com/video/x11xmux_faut-il-sortir-de-l-euro-jl-melenchon-et-jacques-sapir-en-debattent_news
Pour Aurélien Bernier, il ne peut pas y avoir de désobéissance aux traités européens (25:01). Le mot d'ordre "Sortir des traités" n'est pas suffisant, et celui de "Renégocier les traités" et une escroquerie qui nous a été servi à toutes les sauces par les socialistes, les républicains, et même Tspiras (26:09)
Il fait alors des propositions intéressantes comme sortir le droit européen de la constitution française, puis négocier avec Merkel. Et aussi d'autres qui se rapprochent beaucoup d'un parti très peu connu mais constamment censuré :

Tout d'abord, Bernier propose de faire une rupture institutionnelle et lutter contre les multinationales en renationalisant les grandes entreprises (à 31:10).
Les deux coordinateurs esquivent le sujet en disant que l’on peut quand même ne pas respecter le droit et prendre des amendes par la commission européenne. Désobéir aux traités. C'est quand même invraisemblable ! Pourquoi ne pas juste sortir de l'Union Européenne par l'article 50 du TUE ?

Ensuite, à 57:33, Aurélien Bernier parle de la sortie de l'Euro puis propose de développer des politiques de coopérations avec les autres pays, et Aurélien Bernier suppose que les autres gouvernements de gauche pourront être convaincus.
Mais aucune personne dans la salle n'était présente pour expliquer que la sortie de l'Euro ne peut se faire que par la sortie de l'UE. C'est à dire par l'application de l'article 50 du TUE. De plus, pour convaincre de modifier les traités européens, il faut l’unanimité des états membres par l'article 48 du TUE, et dans ce cas, les 27 pays de l’UE actuelle ne seront pas d'accord. Notamment le Luxembourg et Malte.
Ne pas vouloir sortir de l’Euro est un désastre pour l’économie française et ce sont plusieurs économistes et prix Nobel qui le disent comme Joseph Stiglitz, Paul Krugman, Jacques Sapir, et aussi Bernard Lieter le fondateur de l’ECU, l’ancêtre de l’Euro.
Jacques Généreux essaye de répondre sur la sortie de l’Euro en déviant du sujet en parlant de nouvelle monnaie commune. Mais pourquoi l’Espagne devrait forcément être dans la même zone monétaire que la France ? Cela n’a pas toujours été comme cela quand la France avait le franc et l’Espagne la peseta (1:03:00).
Finalement (à 1:27:39) Aurélien Bernier remet sur la table le sujet de la renationalisation des multinationales fraudeuses, mais les coordinateurs ne répondront pas à cette proposition.


La troisième étape du projet de la France Insoumise se passait en septembre 2016. Le Parti de Gauche a reçu les contributions de toutes les organisations politiques souhaitant s’associer au mouvement. Comme le parti communiste qui n’a pas souhaité s’associer, ainsi que les 20 000 adhérents communistes éventuels en plus des 13 000 que regroupe le Parti de Gauche. Le programme est alors négocié et envoyer aux 130 000 militants.es insoumis.es sur internet qui pourront alors déterminer les mesures prioritaires. Mais ils n’ont pas de droit de véto. C’est un circuit qui est aussi démocratique que l’Union Européenne l’est aujourd’hui avec le Conseil de l’Europe qui donne les grands axes, et la commission qui décide de tout. C’est-à-dire une fausse démocratie.

La dernière étape est de faire campagne dans toute la France en organisant 16 universités populaires avec des thèmes différents, et pour recueillir les doléances citoyennes pour faire un programme pour le peuple, par le peuple.
Une seule convention parlant de l’Union Européenne et c’est celle du Mardi 3 janvier 2017 : Frédéric Lebaron : Retour sur l’histoire de l’Union Européenne. On verra de ce qu’y en retourne.


La seule raison valable pour voter pour Mélenchon est le projet de 6ème République et la création d'une constituante. Mais pour l'instant le programme de la France insoumise n'est pas fini, et le processus d'écriture du programme ne semble pas très démocratique. Les promesses n'engagent que ceux qui les tiennent. Et nous ne sommes pas certains de la démission de Mélenchon une fois élu en cas d’attentats, ou d’attaques sous faux-drapeau.

Ce qui est un peu plus suspect, c'est que Jean-Luc Mélenchon ne décrit pas cette oligarchie qu'il dit combattre. Contrairement à d'autres, pourquoi n'entendons-nous pas parler régulièrement de Goldman Sachs ? De Soros ? De Jean-Claude Juncker ? Du groupe Bilderberg ? Du club Le Siècle ? De ses amis Young Leaders de la French American Fundation ? De la Réserve Fédérale des États-Unis (FED) ? Ou JP Morgan, Citi bank, etc ? De la privatisation de la création monétaire par une oligarchiePourquoi a t'il nié connaître le Siècle ?

Pourquoi des communistes ne lui font pas confiance et l'accusent de s'être autoproclamé candidat du Pari de gauche ? L'auteur de Délit d'élus, Philippe Pascot ne lui fait pas confiance non plus. Il l'a rencontré dans la salle de maquillage de l'émission de Jean-Jacques Bourdin avec Éric Brunnet pour témoigner, et reçoit une phrase méprisante de la bouche de Jean-Luc Mélenchon :
"Ah si ouais je me souviens de toi, t'es le mec qui était dans l'Essonne, t'es le seul mec que je n'ai pas pu acheter."
Et si Mélenchon était là pour saboter le Parti de Gauche ? Cela justifierait le fait qu'il ait défendu ardemment le traité de Maastricht, qu'il ait voté par "erreur" OUI à l'introduction de farine animale dans l'élevage en tant que bon infiltré député européen depuis 2009. Il touche 126 000 euros par an pour son poste au Parlement Européen depuis 2009 ce qui fait presque de lui un millionnaire en comptant ses biens immobiliers à Paris et dans le Loiret. Sans parler de ses 37 ans au parti socialiste, et ses 2 postes de sénateur socialiste. Même les tracts sont payant sur le site de Mélenchon, cela n'aide pas trop le militantisme.
Cela justifierait également le fait qu'il ait côtoyé des patrons de presse comme Serge Dassault, et des frères comme Henri Guaino ou Patrick Buisson. Son père, Georges Mélenchon, connaît bien le système médiatique depuis son travail à radio Tanger de Charles Michelson, également fondateur d'Europe 1.
Selon le journaliste d'investigation Emmanuel Ratier et sa revue Faits et Documents n°295 page 2 paragraphe 5 du 15 au 31 mai 2010 :
"une bonne partie de son itinéraire et de sa réussite s'explique par son appartenance de très longue date au Grand Orient de France (la loge la plus politisé et manipulatrice). L'infiltration des lambertistes au sein du GODF est d'ailleurs une vieille tradition. Il siège au sein de la Fraternelle parlementaire et intervient très régulièrement dans les loges pour porter la bonne parole politique."
Pourquoi Mélenchon dit à la télé française qu'il quittera l'UE, puis adoucit ses propos le lendemain (23/09/16 "essayer de renégocier les traités") devant les cadres de l'UE à Berlin. Cela rappelle le discours du Bourget de son vieil ami Young Leader de la French American Fundation qui est allé confesser lui aussi le lendemain que la finance n'est finalement pas son ennemi. François Hollande a gagné les élections, notamment avec l'aide des votes de Mélenchon qui n'a rien négocié avec François Hollande en appelant à voter contre Sarkozy.

Devant Ruquier, il a fait le même jeu, et a trompé tous ses sympathisants. Quand on sait les enjeux de la présidentielle, on comprend pourquoi il réagit de la sorte :
https://www.youtube.com/watch?v=FH4YN2YRU58
Contradictions de Mélenchon © UPR
 
Cette vidéo est une preuve que ses ambitions potentiellement sournoises, l'empèchent de proposer des mesures réellement intéressantes pour la France et son économie sous tutelle. Les Plans B de Jean-Luc Mélenchon pour l'Union Européenne sont inapplicables techniquement.
Mélenchon est très fort en communication car il a été bien entrainé. Cela commence par mai 68, au côté de Daniel Cohn-Bendit qui a reconnu avoir été financé par des fonds américains à cette époque. Jean-Luc est un socialiste trotskiste comme Jean-Claude Juncker et José Manuel Barroso de la commission européenne qui a intégré la banque Goldman Sachs. Mélenchon a été formé à l’OCI (Organisation Communiste Internationaliste), une organisation trotskiste dirigé par Pierre Boussel, ashkénaze russe, et le fondateur du lambertisme. Les trotskistes ont été financés par les américains contre l'URSS pour la détruire de l’intérieur. En France, l’objectif était d’infiltrer et de détruire le parti communiste français ouvrier.

Enfin, pourquoi, ne peut-on pas avoir plus d'information sur des fonds opaques comme les œillets rouges qui ont prêté 2,3 millions au Parti de Gauche selon la cnccfp ?

Mélenchon est donc un leurre. En réalité, il ne veut pas sortir de l'UE ni contrôler les frontières contre la potentielle ingérence organisée car cela fait trop "FN" pour son électorat. Il souhaite "renégocier" les traités mais sans dire quels articles il souhaite remplacer, et sans expliquer la teneur de l'article 48 qui bloque mathématiquement toute renégociation. Il ne précise jamais l'influence des États-Unis , des espions français Robert Schuman et Jean Monnet payés par la CIA, ni celle d'anciens bureaucrates nazis derrière le projet de la construction européenne.

Demander la négociation des traités prendra encore plus de temps que la sortie Frexit par l'article 50 du TUE. Et en attendant, l'UE sera intransigeante envers un faux "eurosceptique" et fera pression sur Mélenchon en attanquant économiquement la France : fin des rachats d'actifs pourris des banques françaises ce qui les mettra à mal l'épargne de français, plus du tout d'aides aux agriculteurs, augmentation de la dette souveraine française nous empêchant d'emprunter et de payer les fonctionnaires et les retraites, amendes de 0,5% du PIB (14 milliards) pour avoir désobéi aux traités, et tout un tas de rejouissance qu'ils ont testé avec succès en Grèce.


Mélenchon verra également l'émergence d'une forte opposition dans le pays grâce aux analyses du seul parti euro-sceptique (UPR) et aux partis européistes (LR-PS-EELV-DLF-NPA) qui se seront recomposés suite à leur défaite, tout en recevront de l'argent pour attaquer Mélenchon. Ce faisant, Mélenchon et tous ses amis socialistes infiltrés qu'il aura placé aux ministères, à l'assemblée, et dans la constituante, perdront leur cote de popularité. Dans l'attente de la permission de l'UE, le programme économiquement instable poussera le peuple à se retourner contre Mélenchon car ils subiront de plein fouet les attaques de Bruxelles. Le "Tsipras français" ne pourra plus activer son fameux plan B "un retrait des traités" (ce qui ne veut pas dire sortir de l'UE), il sera déjà trop tard pour sortie de l'UE. La France aura donc été en position d'illégalité, aura payé de lourdes amendes, et se retrouvera en position de faiblesse face aux multinationales anglo-américaines qui se ferront un plaisir de continuer l'oppression en forçant des traités trans-Atlantique comme le TAFTA (TTIP), ou en Cheval de Troie comme le CETA.

Bref, c'est un populiste qui dit ce que le peuple veut entendre, quitte à manger du Quinoa pour faire plaisir aux jeunes hipsters sans esprits critique.



La réelle résistance contre les élites

Après avoir analyser tout l'échiquier politique depuis des années, avec Nous Citoyens, En Marche, Elpis, Nouvelle Donne, Debout La France, Rebâtir la France, ou encore Le Peuple Président, un seul parti a le programme réaliste pour lutter contre l'oligarchie financière, mais ce parti est censuré férocement par les médias dominantes depuis bientôt 10 ans.

Ce parti a 0€ de dette et se fait traiter de petit parti complotiste fasciste par tous les mêmes médias corrompus qui font la promotion de l'UE. C'est l'UPR et il a maintenant 13 222 adhérents. Bientôt le 3ème parti de France en nombre d'adhérents (4 fois plus que EELV, 6 fois plus que le NPA, et 190 000 suffrages aux régionales de 2015), et www.upr.fr est le premier site politique le plus visité avec des conférences pédagogiques plus qu'impressionnantes. Florian Philippot a même été surpris en train de prendre des notes à l'une d'elle ...

Il faut changer l'Europe : https://www.youtube.com/watch?v=qOjbhpBuOZE
Les origines de la création de l'UE : https://www.youtube.com/watch?v=zti4aV2WL5w
Qui gouverne la France : https://www.youtube.com/watch?v=bZZf703Ck3o
La Tragédie de l'Euro : https://www.youtube.com/watch?v=2Op3yVHH6dM
Les Euro-régions : https://www.youtube.com/watch?v=bYZ-hsF3CSs
Histoire France : https://www.youtube.com/watch?v=k34iCt7ghiU
A quoi sert la politique ? https://www.youtube.com/watch?v=aG0Ozdc1m9o
L'actualité décryptée comme le coup d'état en Turquie : https://www.youtube.com/watch?v=yfWi-YMw9Bs
Toutes les vidéos de la chaîne : https://www.youtube.com/user/UPRdiffusion

L'UPR est un parti qui sort du clivage gauche droite parce qu'il veut redonner l'indépendance monétaire (Frexit de l'Euro de la Banque Centrale Européenne de Francfort), l'indépendance diplomatique (Frexit de l'OTAN qui intervient guerre après guerre en Libye, ou en Syrie par exemple), et son indépendance législatif (Frexit de l'UE lobbyistes de Bruxelles). L'UPR a été classé dans les listes des partis Divers par le ministère de l'intérieur.
Le souverainisme veut dire que le peuple doit être souverain, c'est la véritable démocratie (Article 3 de la constitution). D'ailleurs le slogan est "Rétablir la démocratie".

Les accusations de complotisme ne sont pas fondées étant donné les déclarations du nouveau président des États-Unis Donald Trump, celles de Hillary Clinton, et celles de Laurent Fabius. Ils ont admis que les USA et la France fournissaient des armes à Daesh via l'armée syrienne libre ou Al Nosra.
Quant à François Asselineau, c'est un français intello studieux qui a fait des grandes études d'administration vice-major de promo ENA et HEC, où il a découvert l'envers du décors de la politique en regardant de loin les magouilles des futurs politiciens mafieux et véreux. Il a fait son chemin en travaillant en grande partie aux affaires étrangères, puis en tant qu'inspecteur des finances. C'est un bon moyen de savoir qui tire les ficelles. Il a fait de la pédagogie pour les français en dénonçant le traité de Maastricht et celui de Lisbonne dans les partis euro-sceptiques qui germaient à l'époque. Mais c'est la création de l'UPR et son programme solide pour lutter contre cette Union Européenne faite par les multinationales pour les multinationales, qui donne cet élan aujourd'hui aux français de se rassembler contre l'oligarchie médiatique et financière. Malgré la censure monstrueuse depuis 9 ans, l'UPR est parmi les 5 premiers partis en France en nombre d'adhérents (probabilité d'avoir des nombres truqués pour les autres partis politiques). Avec récemment la plus forte augmentation d'adhésion (114 par jour) et ses 13 222 adhérents (chiffre vérifiable par huissier de justice).
François Asselineau n'est ni de droite, ni de gauche, il n'est pas responsable de qui a employé ses connaissances aux affaires étrangères, il informe simplement ses compatriotes et subit des critiques dignes d'une propagande en *iste, d'extrémiste, souverainiste, euro-phobe, conspirationniste, anti-américaniste. Il aurait pu être grand patron de banque avec son parcours et avoir un salaire astronomique, mais il a choisi de créer un parti sans financements extérieurs, et parcourir la France en squattant chez des militants de l'UPR pour organiser des conférences très pédagogiques. Ses détracteurs regardent généralement pas les conférences, et n'écoutent pas ses arguments. Ils préfèrent critiquer de tous les noms par mépris et feignardise.


Conclusion

La population découvrit beaucoup d'informations dans tous les liens de cet article.
Une partie de la population devint encore plus mécontente. Elle se mit à insulter l’auteur et son opinion. Car comme le dit bien un écrivain bien connu : « Plus une société s’éloigne de la vérité, plus elle va détester ceux qui la disent ».
Une autre partie de la population éteignit la télévision et alla voir sur internet si ces solutions sont réalistes.
Elle découvrit que la tâche n’était pas si simple parce qu’une grande majorité était occupée à regarder la télévision.
Elle décida donc de rejoindre l’état d’esprit de résolution des problèmes pour montrer aux autres que les solutions sont réalistes en se réunissant.
Elle partagea l’article et en discuta à tout son entourage.
L’oligarchie inquiète, décida de cacher ce regroupement. L’oligarchie demanda à Épouvantail et Girouette de copier malhonnêtement le discours de résolution de problème.
Mais la population s’en rendit compte, et l’oligarchie échoua.





Attention : cet article n'est pas un communiqué de l'UPR, mais simplement un point de vue personnel sur les partis qui nous sont proposés pour 2017. Le parti du vote blanc est également un excellent projet, mais l'UPR a certifié comptabiliser le vote blanc dans son programme, ainsi que l'inéligibilité des élus militée par Philippe Pascot. Adhérer à l'UPR pour montrer aux médias que les français en ont marre de l'oligarchie dirigeante est pour moi le meilleur moyen de gagner contre les élites en 2017. Le vote UPR en 2017 n'est bien évidemment pas une finalité, mais c'est une étape nécessaire pour l'indépendance et la liberté d'action de la politique en France. Il y aura beaucoup de référendums à faire pour rendre la politique plus démocratique, pour se réapproprier la création monétaire, et aussi l'organiser une constituante après référendum.
Si cela ne marche pas, alors la France sera toujours dirigée depuis Bruxelles et Washington. Il faudra que les citoyens se regroupent autour de monnaies locales (transparente si possible), pour résister encore face aux grandes multinationales atlantistes et leur Euro qui détruit petit à petit l'écologie et la société.




Expression contradictoire de Le Pen et Mélenchon © UPR Expression contradictoire de Le Pen et Mélenchon © UPR