mardi 17 octobre 2017

Les concepts de la langue de bois - Franck Lepage


Prenez des concepts vides de sens, mélangez-les et vous obtenez une bouille de mots qui ne veut rien dire, mais qu'on entend partout.


Source : https://youtu.be/igwdC8N7QzA

Extrait d'une conférence gesticulée de Franck Lepage, éducateur populaire de la SCOP le Pavé de Rennes. Ici Franck Lepage se livre à une exercice de langue de bois très révélateur. Il simule une intervention orale alimentée de mots tirés aléatoirement mais tous issus du jargon politique, tels que les "acteurs", "centralisation", "proximité", "lien social", etc.

lundi 16 octobre 2017

Les dieux sont tombés sur la tête (1 et 2)


Je viens de (re)visionner avec beaucoup de plaisir ces deux films réalisés par Jacobus Johannes Uys dit Jamie Uys (30 mai 1921 à Boksburg – 29 janvier 1996 à Johannesburg) qui était un acteur, réalisateur et scénariste d'Afrique du Sud, issu de la communauté afrikaner.


Ce film humoristique joue des différences culturelles entre les Bochimans incarnés par N!xau (le point d'exclamation de son nom représente la consonne inspirée (ou clic) de sa langue natale, une langue khoïsan) ...


... et les Européens ou descendants d'Européens vivant en Afrique du Sud ou aux États-Unis d'Amérique (dans le second épisode) tels Sandra Prinsloo alias la journaliste urbaine devenue institutrice "Kate Thompson" et Marius Weyers alias le timide zoologiste "Andrew Steyn" puis Lena Farugia alias la juriste de New-York "Dr. AnnTaylor" et Hans Strydom le zoologiste "Dr. Stephen Marshall".

 
 



Synopsis du premier film : une bouteille de Coca-Cola est jetée d'un petit avion et tombe dans le désert du Kalahari. Elle est retrouvée par la tribu San.  



Comme c'est le seul artefact moderne dans leur monde [qu'ils ne peuvent fabriquer eux-mêmes], tous les membres de la tribu veulent la posséder. Cela  conduit à des querelles et il est donc décidé par l'assemblée de tous les membres de la tribu que la bouteille devait être retournée aux Dieux. C'est le personnage joué par N!xau, nommé Xi, qui reçoit la tâche de la renvoyer "au bout du monde". 
Le film a généré un large succès de bouche à oreille en Europe, au Japon et en Amérique du Nord, les droits cinématographiques étant initialement vendus dans 45 pays. Il a donné naissance à une suite moins réussie, The Gods Must Be Crazy II, mais qui reprend quand même tous les ressorts comiques [dignes du meilleur cinéma muet], la connaissance de la faune et de la flore de la part du réalisateur, et la connaissance de la politique africaine (incessants coups d’État, etc.).

Réflexion personnelle :
Avec le recul, je perçois ce film comme un hymne à la sobriété heureuse, aux sociétés premières (souvent appelées péjorativement "primitives") respectueuses de l'environnement, solidaires entre êtres humains et réellement démocratiques; bref un hymne à l'homme "naturel" comme essayait de l'imaginer Jean-Jacques Rousseau dans son "Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes". Ce qui ne veut pour autant pas dire un retour à la vie "sauvage" (sans la médecine moderne, par exemple) mais c'est un modèle éthique qui mériterait d'être appliqué dans notre monde moderne.



Humour politique ... mais tellement éclairant !


Le régime dit "représentatif" n'est pas une démocratie authentique.


samedi 14 octobre 2017

Citations de Thomas Sankara

 
 
 
 

30ème anniversaire de la mort de "l'homme intègre" Thomas Sankara

Par Tirthankar Chanda

15 octobre 1987, disparaissait l’ancien [président]  du Burkina Faso Thomas Sankara, brutalement assassiné par un commando d’hommes armés, lors du coup d’Etat qui amena au pouvoir son frère d’armes Blaise Compaoré. Pendant les  quatre années qu’il a dirigé son pays, le célèbre capitaine au béret rouge a incarné l’idéal révolutionnaire, qui continue de faire rêver, trente ans après sa disparition, une jeunesse africaine en manque d’idéal. Devenu une idole, façon Che Guavera, synonyme d’intégrité et de justice sociale, l’homme survit dans la mémoire de la postérité grâce aux nombreux films et biographies qui lui sont consacrés. Parallèlement, des artistes de toute discipline se sont emparés de sa légende et la perpétuent. 

Dans son émouvant long-métrage Capitaine Thomas Sankara composé de documents d’archives que le cinéaste suisse Christophe Cupelin a consacrés au  capitaine rebelle, on entend ce dernier déclarer à une journaliste qu’il a commis  1 000 erreurs avant d’obtenir une petite victoire et  10 000 erreurs avant d’obtenir trois ou quatre succès.

Ces trois ou quatre succès ont suffi pour faire de Thomas Sankara une figure emblématique de l’histoire africaine contemporaine. Pour l’écrivain djiboutien Abdourahman Waberi, qui vient d’écrire le script pour un projet de biopic sur celui qui fut l’homme fort d’Ouagadougou de 1983 à 1987, avant de tomber sous les balles de ses assassins, « Sankara est après Nelson Mandela, le héros le plus plébiscité par la jeunesse africaine ».

«  Alors que les Sassou, les Biya et autres Guelleh et Nkurunziza, avec parfois plus de 40 années de règne et zéro développement à leur actif, sont sûrs de finir dans la poubelle de l’histoire, le bref passage de Sankara à la tête de son pays, riche en réalisations sociales et orientations nouvelles, resteront longtemps dans les esprits », poursuit le romancier. Et d’ajouter : «  Même si la révolution de la gouvernance à laquelle le nom de Sankara est associé est oubliée, l’histoire se souviendra que l’homme avait su réinventer la Haute-Volta post-coloniale en le rebaptisant Burkina Faso, soit "le pays des hommes intègres". »

« La révolution, c’est le bonheur »

Arrivé au pouvoir le 4 août 1983, Thomas Sankara a marqué son époque par son souci farouche d’arracher son pays au sous-développement d’une part, et ses prises de position courageuses d’autre part, face aux puissants du monde. Il a dénoncé la chape de plomb de la dette, la marginalisation de l’Afrique, le patriarcat ou la désertification qui menace les pays du Sahel dont le Burkina. Orateur hors pair, il annonçait la couleur en octobre 1984, revendiquant du haut de la tribune des Nations unies le droit de son tout petit pays enclavé de ne plus être « l’arrière-monde de l’Occident repu ».
Bruno Jaffré est le biographe principal de Thomas Sankara. © Ed. Syllepse
Réunis dans un volume très exhaustif par Bruno Jaffré (1), principal biographe du président révolutionnaire, les discours prononcés par ce dernier dans les tribunes internationales et domestiques témoignent de la force de l’engagement du jeune capitaine trentenaire en faveur de la justice sociale, du tiers-mondisme et de la réhabilitation de l’Afrique. « La révolution, c’est le bonheur », avait-il proclamé.

Selon Jaffré, « Sankara était le dernier révolutionnaire africain », synonymes d’intégrité morale et d’ambition à la fois visionnaire et pragmatique pour les siens, les oubliés de la prospérité et du développement. Il y avait en cet homme du Gandhi et des pères fondateurs de l’Amérique moderne, dont il aurait très bien pu faire sienne la déclaration de l’indépendance affirmant le droit inaliénable de tous à « la vie, la liberté et le bonheur ». Cet idéalisme chevillé au corps explique que trente ans après la disparition de ce chef d’Etat africain pas comme les autres, sa légende continue de fasciner la jeunesse du continent.

On se souvient que c’est en scandant son nom que les jeunes Burkinabè ont manifesté dans les rues de Ouagadougou pendant les trois jours fatidiques d’octobre 2014 qui ont scellé le sort du régime contre-révolutionnaire de Blaise Compaoré, successeur de Sankara. « Leur mot d’ordre n’était autre que la fameuse « la Patrie ou la mort, nous vaincrons », le slogan par lequel se concluait l’hymne national burkinabé à l’époque de la révolution », se souvient le biographe du capitaine rebelle. Ce resurgissement du mythe Sankara est considéré par beaucoup comme une formidable revanche de la révolution sankariste sur l’Histoire. Le capitaine intrépide était persuadé, comme il l’avait déclaré une semaine avant sa mort : « On peut tuer un homme, mais pas ses idées ».

Or ce n’était pas faute d’avoir essayé. Gêné aux entournures par le bilan largement positif des années Sankara, le nouvel homme fort de Ouagadougou fera tout pour effacer les traces de la révolution, vouant aux gémonies son prédécesseur qu’il accusait d’avoir voulu liquider ses compagnons de route, dont lui-même. Il s’arrangera pour que les circonstances réelles de la mort de Sankara ne puissent jamais être élucidées, allant jusqu’à faire délivrer à sa famille un certificat de décès confirmant sa « mort naturelle  ». L’enquête judiciaire sur cette affaire est restée au point mort pendant l’ère Compaoré. Vingt ans durant, le régime empêchera les proches du capitaine disparu d’aller se recueillir sur sa tombe. En politique, la nouvelle administration promulgue la « rectification » (de la révolution), s’employant à ramener le pays dans le giron de la « Françafrique », dont Blaise Compaoré deviendra à terme un élément indispensable aux côtés de son parrain régional le patriarche ivoirien Félix Houphouët-Boigny.

Icônisation

Voici le contexte dans lequel est née la légende de celui que ses compatriotes ont affectueusement surnommé « Tom Sank ». La mort tragique du leader, jamais élucidée, y a largement contribué. « La mort transforme la vie en destin », écrivait le ministre de De Gaulle André Malraux, qui s’y connaissait en destins empêchés de s’accomplir, mais aussi en destins dégradés par l’usure du pouvoir, ayant été souvent appelés à célébrer leur installation dans le Panthéon de la mémoire collective.

Quant à ceux qui célèbrent le révolutionnaire burkinabé, ils s’appellent Fela, Alpha Blondy, Tiken Jah Fakoly, Smockey, Sams’K Le Jah, Basic Soul, Didier Awadi, Cheikh Lô, Robin Shuffield, Christophe Cupelin, Cédric Ido, Baoui Jean Camille Ziba, Aristide Tarnagda, Serge Aimé Coulibaly, Pierre-Christophe Gam.... Venues des disciplines diverses – ils sont chanteurs, chorégraphes, designers, cinéastes, dramaturges -, ces artistes se sont emparés de la figure de Sankara et en ont fait l’icône de cette «  autre Afrique » libérée de l’emprise des grandes puissances que le capitaine appelait de tous ses vœux.
« Ce phénomène d’"icônisation" de Sankara a pris de l’ampleur, explique Bruno Jaffré, dans les années 2000, où on a assisté à une mutation de l’opinion par rapport à l’homme du 4 août 1983.  » Le tournant fut la célébration, en 2007, du vingtième anniversaire de l’assassinat du leader africain, lorsque des centaines de milliers de personnes se sont mobilisées pour aller accueillir sa veuve. En dédiant trois ans plus tard son Kora Award à Thomas Sankara, en pleine session de remise de prix à Ouagadougou en présence du successeur de ce dernier, le rappeur Smockey marque une nouvelle étape dans la réhabilitation du président déchu. Il n’était pas par ailleurs rare à l’époque de croiser dans les rues de la capitale des jeunes vêtus en T-shirts à l’effigie du « Che » africain, alors que son image était interdite sur les écrans de la télévision publique.

« Au fur et à mesure que le régime de Compaoré s’enfonçait dans la corruption, le clientélisme, le népotisme, poursuit Jaffré, la population s’est réfugiée dans le souvenir des acquis sociaux et économiques des années Sankara, oubliant parfois la dimension autoritaire du régime. » Et le biographe d’ajouter : « Le rappel des célèbres discours du capitaine mis en cadence par les chanteurs, tout comme les allusions dans leurs textes aux combats économiques menés avec succès sous Sankara tels que l’autosuffisance alimentaire, la construction des logements sociaux, les grandes campagnes de vaccination qui ont touché 2,5 millions de Burkinabè, ont préparé le terrain pour l’insurrection populaire de 2014. ».

Selon Antoine Glaser, observateur attentif des évolutions africaines, ce phénomène d’influence outre-tombe de Sankara s’explique aussi par la nature des combats précurseurs qu’il a menés notamment en faveur de l’écologie ou du refus du diktat des organisations monétaires internationales, « des combats en prise avec les enjeux contemporains, pas seulement en Afrique ».

Paradoxes

Morte en 1987, sa mémoire ressuscitée par les artistes au cours des années 2000, puis réinstallée au cœur du Burkina officiel par les jeunes insurgés d’octobre 2014 qui ont délogé Blaise Compaoré, la révolution sankarienne a aujourd’hui le vent en poupe dans sa patrie. Or paradoxalement, les partis politiques burkinabés qui se réclament du sankarisme demeurent minoritaires dans le pays et peinent à faire entendre leur voix, bien qu’ils aient rejoint le gouvernement issu des élections démocratiques de 2015. Un gouvernement dont les orientations semblent tout sauf révolutionnaires. Comment dans ces conditions rester fidèle à l’idéal sankariste ?

« Ce ne sont pas les partis politiques mais les organisations de la société civile qui sont les vraies héritières de la pensée radicale de Thomas Sankara, affirme Antoine Glaser. Elles ont pour nom Y’en a marre au Sénégal, Lucha au Congo, Le Black Monday Movement au Cap ou Le Balai citoyen au Burkina. A elles incombent la lourde tâche d'imaginer un autre avenir. »

Créée par les militants pro-révolutionnaires, Le Balai citoyen a été le fer-de-lance de l’insurrection de 2014. Proche du gouvernement d’Ouagadougou sans en faire partie, elle se veut la « mauvaise conscience du pouvoir ». Pour son porte-parole Guy-Hervé Kam, le meilleur moyen de perpétuer la mémoire de Thomas Sankara, serait de s’assurer que l’ex-Haute-Volta demeure fidèle au nom que lui a donné ce dernier, car, affirme-t-il, « le pays des hommes intègres est plus qu’un nom. Un horizon d’attente. »


(1) Thomas Sankara: La liberté contre le destin. Discours rassemblés et présentés par Bruno Jaffré. Edition Syllepse, 480 pages, 20 euros.
A découvrir © RFI
Source : http://www.rfi.fr/afrique/20171013-aniversaire-sankara-burkina-faso-revolution-compaore-che-guavera-marxiste

jeudi 12 octobre 2017

Le retour de Zemmour et Naulleau - C à Vous - 10/10/2017

En compagnie de la team #CàVous, Anne Elisabeth Lemoine donne la parole à ses invités pour décrypter et analyser l'actualité.



Sourcehttps://youtu.be/hHgBRsZmEYQ

Olivier Berruyer résume l’essentiel économique en 1min20 : LES USA LITTÉRALEMENT PILLÉS PAR LES 1%

Remarquable Olivier Berruyer (en déc 2013, l’essentiel éco en 1 minute 20) :
les USA littéralement pillés par les 1%


Sourcehttps://youtu.be/VywB2SXWi_I

« Le 1 % le + riche a capté TOUTE la richesse créée, et a continué à piquer EN PLUS sur la part de revenu des 99 % (les + pauvres) »
« Donc, les États-Unis, c’est 99 % de la population qui est toujours en récession depuis 2009 et 1 % pour qui ça va beaucoup mieux, MAIS EN MOYENNE ÇA VA… »
La crapulerie des économistes prostitués aux ultra-riches, c’est de ne raisonner qu’en moyenne.
Merci Olivier.
Merci Thinkerview pour l’entretien.
Et merci Benoît, pour l’extrait sur mesure.

théorie du ruissellement
À votre avis, pour la France et l’Europe, c’est différent ou c’est pareil ?



Source : https://chouard.org/blog/2017/09/20/olivier-berruyer-resume-lessentiel-economique-en-1min20-les-usa-litteralement-pilles-par-les-1/

Anti-trolls

La première fois que j'ai croisé des "trolls" (individus cherchant volontairement la polémique et proférant ensuite des insultes scatologiques) sur Internet, j'ai pensé qu'il s'agissait d'adolescents attardés. Mais rapidement, j'ai vu qu'ils disposaient d'images et de vidéos pour appâter leurs victimes (sur les mêmes thèmes rabâchés à la télévision : islam radical, homosexualité, antisionisme ou antisémitisme) et surtout qu'ils avaient une méthode psychologique. Je me suis donc demandé qui ils étaient : des journalistes/propagandistes en formation ? Puis j'ai regardé qui étaient leurs cibles : des gens comme Etienne Chouard, Michel Collon, Annie Lacroix-Riz, François Asselineau ou Jean Bricmont. Là, j'ai compris que les "trolls" travaillaient en fait contre la démocratie, pour la propagande de guerre, comme le communisme ou l'anarchisme et pour l'asservissement des nations à des entités multinationales comme l'Union Européenne ou l'OTAN. Cela ne fait que renforcer l'intérêt et le respect que je porte à leurs (cibles les personnes citées ci-dessus, et d'autres) et cela me prouve l'importance de leur démarche. Ne perdons donc pas notre temps à répondre aux provocations de ces "trolls", de ces "chiens de garde du système" et continuons à réfléchir ensemble à une autre organisation de la société débarrassée des parasites, les oisifs ultra-riches qui traitent 99% de la population comme du bétail, n'hésitant pas à déclencher des guerres (qui font des millions de victimes) pour piller les ressources (épuisables) de la planète.

mardi 10 octobre 2017

La science fiction offre un recul bien éclairant sur la réalité du monde.

« Les gouvernements, lorsqu'ils durent, tendent toujours vers des formes aristocratiques. Aucun gouvernement de l'histoire n'a échappé à ce processus. Et, au fur et à mesure du développement de l'aristocratie, le gouvernement a de plus en plus tendance à n'agir exclusivement que dans l'intérêt de la classe dirigeante, que celle-ci soit une royauté héréditaire, une oligarchie fondée sur des empires financiers ou une bureaucratie installée. »

Manuel d'entraînement Bene Gesserit

dimanche 8 octobre 2017

Gauche révolutionnaire : la grande manipulation

Depuis une dizaine d'années, les courants libertaires, trotskistes, «antifas» qui forment la gauche révolutionnaire ont été retournés pour servir des objectifs de guerre.
La gauche révolutionnaire désigne l'ensemble des formations politiques qui sont en principe favorables à une révolution pour mettre fin au capitalisme, en s'appuyant sur des précédents historiques comme la Commune de Paris ou la Guerre d'Espagne ; en France, ces groupes se nomment NPA, Alternative Libertaire, CNT, Fédération Anarchiste... Leurs militants ne sont pas très nombreux, mais ils bénéficient d'une bonne image chez toute une population sensible aux idées libertaires, trotskistes, antifascistes, révolutionnaires. Nous allons voir comment ces groupes ont été manipulés, épurés, restructurés pour servir des objectifs de guerre, de la simple propagande jusqu'au recrutement de combattants.
La guerre en question, c'est avant tout celle de Syrie, qui a commencé par ce qu'on n'ose plus appeler "Printemps Arabe", tant ces événements furent une catastrophe pour le monde Arabo-musulman, avec l'arrivée au pouvoir des Frères Musulmans en Tunisie et en Egypte et la destruction de la Lybie et du Yémen. Au début des années 2000, la gauche révolutionnaire était encore fidèle à ses positions traditionnelles : anti-capitalisme, anti-impérialisme, anti-sionisme. La guerre d'Iraq en 2003 avait été l'occasion de manifestations qui la dénonçaient pour ce qu'elle était : une guerre d'agression, sous des prétextes mensongers. Et les manifestants ne se faisaient traiter d'"Husseinistes", d'admirateurs de Saddam, que par les néoconservateurs habituels. En 2004, le journal d'Alternative Libertaire dénonçait les projets étasuniens pour le "Grand Moyen-Orient", c'est-à-dire "la déstabilisation, la chute des régimes locaux, et un « remodelage » des territoires". Citation : «Bush a précisé la portée de la guerre qui se préparait : “ Un Irak libéré pourra montrer comment la liberté peut transformer cette région qui revêt une importance extrême, en apportant espoir et progrès à des millions de personnes (...) Pour d’autres nations de la région, un nouveau régime en Irak servirait d’exemple spectaculaire et impressionnant de la liberté. En ce qui concerne les pouvoirs en place, l’avertissement est clair : [...] La question qui se pose maintenant est “qui sera le suivant ?”  L’extrême droite chrétienne milite pour un règlement définitif de la question palestinienne qui passe par l’installation de régimes à la botte des USA en Syrie et au Liban, et qui donne carte blanche à la droite israélienne pour organiser la purification ethnique des territoires occupés. »
Un tel article serait aujourd'hui inimaginable dans ce journal, son auteur serait traité de conspirationniste, d'ami des dictateurs, de "rouge-brun" ou carrément de fasciste. En 2004 toujours, le même journal dénonçait un début de collusion entre extrême-gauche et "islamisme", sans vraiment comprendre toutefois ce que signifiait cet "islamisme". Ce mot est utilisé par ceux qui ne comprennent pas la nature du phénomène, comme par ceux qui veulent semer la confusion entre l'islam et la secte wahhabite. Le wahhabisme a été rendu tout-puissant au cours du XXème siècle par les Etats-Unis, qui ont fait de la famille Saoud leur principal allié arabe au Moyen-Orient. Dans le silence général en Occident, les Saoud ont cherché à se poser en leader du monde Arabo-musulman ; ils ont construit des mosquées dans le monde entier où est enseignée leur doctrine obscurantiste et dévoyée, leur logique sectaire. Depuis des décennies, ils modifient les consciences, détruisent les cultures. Cela n'a rien à voir avec la religion : il s'agit d'impérialisme culturel et de fascisme.

Les Occidentaux se sont alliés aux Saoud car ils étaient les plus anti-communistes, les plus fanatiques, les plus à même de mettre les musulmans au pas, et les plus serviles. Parallèlement, les Frères Musulmans et Al Qaïda, tous deux liés à la CIA, ont tissé un réseau international, politique pour le premier et militaire pour le second. Les Frères Musulmans sont une sorte de franc-maçonnerie musulmane, ils ont été abondamment financés par le Qatar et la Turquie (Erdogan lui-même en est membre).
On peut se gratter la tête et traiter de fou celui qui dénonce la collusion entre les groupes terroristes pseudo-islamistes et le Pentagone, tant les media dominants font tout pour nous empêcher de comprendre, mais au bout d'un moment les faits et les preuves s'accumulent, et la plus évidente est la complicité et l'alliance totale entre l'OTAN, les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) et Israël (les Saoud et Israël ne font même plus semblant de ne pas s'entendre), sous le commandement des Etats-Unis. Les militants dévoyés de la pseudo-gauche ont adopté le réflexe de protéger les Etats-Unis en disant que la Russie ou la Chine sont, eux aussi, des pays impérialistes, et qu'ils ne sont pas moins dangereux. C'est tout simplement faux. Le budget militaire des Etats-Unis est égal à la somme de tous les budgets militaires de tous les autres pays du monde. Ils possèdent des bases partout (plus de 800 à hors de leur territoire), et il serait bon de prendre conscience qu'ils mettent le monde à feu et à sang, qu'ils sont les seuls à avoir utilisé l'arme atomique, qu'ils n'hésitent pas à utiliser des armes chimiques ou radioactives, et que rien que depuis les début les années 2000 ils ont détruit des pays, massacré des millions de personne, pour le seul profit de l'oligarchie qui contrôle l'armée impériale qu'est l'OTAN. Ils ont clairement la prétention de dominer le monde et ils ont clairement choisi la guerre comme moyen d'y parvenir. Et pourtant en France les gens ne tremblent pas d'effroi à la simple évocation de la CIA. Le mot «CIA» évoque le mystère, le cinéma, le complot et immédiatement l'autocensure vient : il ne faut pas croire aux théories du complot. Il s'agit de conditionnement et de contrôle de la pensée. Personne ne veut s'avouer manipulé, même si tout le monde peut comprendre l'intérêt du «neuro-marketing» par exemple, et assister à sa mise en œuvre.
Il va de soi que les gens qui nous gouvernent et les chefs militaires s'intéressent de près à la manipulation des consciences et des opinions, et qu'ils financent la recherche scientifique allant dans ce sens. La guerre mondiale en cours au Moyen-Orient est l'occasion pour eux de faire des essais grandeur nature. Certaines choses ont marché, en particulier l'autocensure qu'ils ont réussi à installer au sein de la gauche révolutionnaire.
PHASE I : L'EPURATION
5 ans après les articles précités, en 2009, Alternative Libertaire avait adopté une nouvelle ligne : la tendance était à la chasse aux «conspis». Le journal publie donc une série d'articles désolants d’ignorance et/ou de mauvaise foi, dans lesquels sont amalgamés les gens qui remettent en cause la version officielle du 11 septembre et ceux qui croient aux illuminatis ou aux extra-terrestres : tous des imbéciles qui dérivent vers l'extrême-droite.
A cette époque, de nombreux sites apparaissent, des sites étranges qui dressent des listes. Le mouvement «antifa», bizarrement, ne s'intéresse plus vraiment au FN ou aux néo-nazis, mais décide d'opérer un tri au sein de la gauche ; des gens comme Etienne Chouard, Michel Collon, Annie Lacroix-Riz ou Jean Bricmont sont soudainement considérés comme des fascistes, les «antifas» viennent faire le coup de poing lors de leurs apparitions publiques, ils sont calomniés, leurs auditeurs insultés et ridiculisés, traités de «conspirationnistes», «confusionnistes», «campistes», «rouge-bruns», «amis des dictateurs»... Le point commun entre toutes les personnalités incriminées, c'est bien sûr leur anti-impérialisme et leur critique des media dominants. Dans une logique pour le coup véritablement confusionniste, les faux «antifas» vont répandre l'idée que si vous vous opposez à la guerre en Libye, c'est que vous êtes un admirateur de Qadhafi. Si vous n'êtes pas avec les «rebelles syriens», c'est que vous adorez Assad. Si vous critiquez les Etats-Unis, vous êtes un idolâtre de Poutine. Dans tous les cas vous êtes assimilé au fascisme. Le site "confusionnisme.info" va exceller dans ce registre, jusqu’à ce que l'UPR, cible de leurs calomnies, révèle le vrai visage de l'animatrice de ce site, et sa proximité avec les néoconservateurs étasuniens.
Il a suffi aux manipulateurs d'aller dans le sens d'un sectarisme déjà présent dans ces milieux : «pas de dialogue avec l'extrême-droite». C'est un véritable terrorisme intellectuel qui fut instauré, et internet a été très utilisé dans ce but ; il est certainement moins cher et plus simple de troller des forums que d'infiltrer des agents. Résultat : toute parole dissidente fut assimilée à l'extrême-droite. C'est une stratégie de la boule puante. Le dialogue devint impossible, et de nombreux militants furent mis de côté, tandis que les autres surveillaient leur langage. Sur les forums internet affiliés à la gauche révolutionnaire, comme le forum anarchistele forum anarchiste révolutionnairele forum libertaire, la chasse était ouverte. Bientôt le simple fait d'évoquer la CIA devint impossible ; ça tombait bien : la guerre allait commencer.
On pourra objecter que c'est une vision complètement farfelue et paranoïaque d'imaginer que la CIA ou d'autres puissent s'intéresser aux groupuscules libertaires français, qui ne représentent que quelques centaines de militants. Mais si on considère le projet global, qui est de faire passer des guerres d'agression impérialistes pour des révolutions, on comprend mieux l'intérêt : il s'agit de prendre le contrôle de tous les groupes de gauche révolutionnaire, dans tous les pays occidentaux, pour y rendre inaudible l'anti-impérialisme et, par solidarité révolutionnaire, leur faire applaudir la guerre. Car le mouvement révolutionnaire brise un tabou intéressant : il rend acceptable le fait que dans un pays, une minorité prenne le pouvoir par la violence. La violence et la destruction y sont considérés comme un mal nécessaire pour passer à une société censée être plus juste. Quant à savoir si les responsables de cette manipulation sont la CIA, le Mossad, le MI6 ou tout simplement les Opérations Psychologiques de l'armée étasunienne (qui ne cachent pas du tout leurs buts et leurs moyens), impossible de le savoir, mais c'était dans l'intérêt de l'alliance OTAN/Saoud/Israël qui a provoqué cette guerre.
Au sujet du 11 septembre, est-il vraiment si farfelu de se demander pourquoi les États-Unis maintiennent avec l'Arabie Saoudite des liens aussi étroits, alors que toute l'enquête incrimine ce pays ? Et pourquoi l'ensemble des pays occidentaux qui se prétendent en "guerre contre le terrorisme" ne cessent d'étaler leur amitié et de vendre des armes au principal pourvoyeur idéologique et financier du terrorisme pseudo-islamiste ?
PHASE II : LA RÉVOLUTION DES FRÈRES MUSULMANS
L'immolation par le feu d'un commerçant tunisien en décembre 2010 est-elle le fruit d'un complot ? Sans doute pas, mais ce qui est sûr et certain, c'est que ce fut le prétexte au lancement d'une opération préparée de longue date (le remodelage du Grand Moyen-Orient, comme le dénonçait Alternative Libertaire en 2004). Toute la pseudo-gauche, du PS à la Fédération Anarchiste, va s'enthousiasmer pour le "Printemps Arabe". Seuls quelques grincheux déjà mis au ban de la gauche, ostracisés, ridiculisés, vont être sceptiques, se demander si les États-Unis ne seraient pas encore en train de rejouer l'air des Révolutions de Couleur (Ukraine, Géorgie, Kirghizistan...). Et ceux, très rares, qui comprenaient un peu ce que signifiait l'«islamisme», ne pouvaient que craindre l'arrivée au pouvoir des Frères Musulmans ou d'autres forces alliées au fascisme wahhabite.
Les groupes de gauche révolutionnaire, NPA et Alternative Libertaire en tête, ne vont pas se contenter d'applaudir les révolutions, ils vont réclamer une solidarité internationale et distiller une propagande insidieuse. Comme pour Milosevic, Hussein, Qadhafi il s'agit d'abord de faire passer Bachar al-Assad, l'ophtalmologue, pour le nouvel Hitler, un sadique prenant plaisir à mutiler des enfants. Il suffira pour cela d'emboîter le pas à la gigantesque machine de propagande destinée au grand public, à partir d'attentats sous faux drapeau, d'images fabriquées... Ce n'est pas l'objet de cet article de décortiquer la fabrication du récit officiel de la guerre syrienne, cet article-là s'y intéresse plus en profondeur.
Dans les media de la gauche révolutionnaire, la propagande va s'articuler autour de plusieurs idées-force :
1) La banalisation des Frères Musulmans et la relativisation de la menace sectaire.
Pour les besoins de la propagande, il va falloir dire que les Frères Musulmans ne sont pas si dangereux, qu'ils peuvent même être des alliés. En mars 2011, dans un article hallucinant avec le recul historique, Alternative Libertaire nous apprend qu'ils «semblent aujourd’hui sur la voie sinon d’une sécularisation, du moins d’une scission très nette entre démocrates et partisans d’un mouvement islamiste plus strict». En Egypte et en Tunisie, les Frères sont présentés comme composante indispensable de la révolution, tiraillés entre conservatisme et démocratie. Alternative Libertaire accepte et fait accepter l'idée que les Frères peuvent faire partie d'un révolution démocratique, sociale et libertaire.
Il est bon de rappeler que dans les années 70, ils ont mené une vaste campagne de terrorisme en Syrie, faisant des centaines de morts. C'était déjà l'expression de l'impérialisme des Etats-Unis et des Saoud. La réponse du pouvoir au début des années 80 syrien fut brutale : c'est ce qu'on appelle aujourd'hui le massacre de Hama. Une note de la DIA évoque 2000 victimes dans les rangs des Frères Musulmans, mais les chiffres ont été gonflés pour les besoins de la propagande de guerre. Les propagandistes vont donc régulièrement parler du massacre de Hama comme du massacre de 40000 civils, par sadisme de la part du pouvoir syrien, sans jamais évoquer les crimes des Frères Musulmans qui en sont la cause : « Hama, ville syrienne, théâtre en 1982 d'un massacre de sa population perpétré par Hafedh El Assad », « Le régime de Bachir al Assad utilise tous les moyens, militaires et policiers, pour liquider les opposants, comme à Hama en 1982 », etc, etc... Comment dire que les Frères étaient « individuellement présents » mais « discrets » au début des événements alors qu'il s'agissait de la principale force d'opposition dans le pays, une force internationale avec des financements internationaux ? Fin 2012, alors que les djihadistes ont depuis longtemps fait leur apparition en Syrie, le NPA dira encore que « les islamistes ou frères musulmans » n'ont que « peu d’écho et de présence militante sur le terrain. »
Rappelons-nous que la Syrie n'est pas peuplée uniquement de sunnites, mais que sa population est une mosaïque de peuples et de croyances diverses, Chiites, Druzes, Chrétiens... Par conséquent l'arrivée d'un pouvoir religieux et sectaire serait une catastrophe pour les Syriens. Dès 2012, à Alep, les « insurgés » ont mis en place des tribunaux islamiques. Quel peut-être le sort d'un chrétien devant un tribunal d'inspiration wahhabite ? Combien de Chiites, d'Alaouites, de Chrétiens ont été massacrés par les « rebelles » ?
Dans une stratégie de renversement de situation qui est une constante pour les propagandistes, ils ont également cherché à dire que le sectarisme était du côté du pouvoir baathiste, et ils ont même martelé qu'Assad était allié à Daech pour écraser la révolution. La libération de prisonniers politiques issus des Frères par Assad, à des fins de négociation, a été l'occasion pour eux de dire qu'Assad avait créé de toutes pièces le djihadisme. Sur le site Juralib, un article totalement halluciné présentera Daech comme une création d'Assad et de Poutine, tout en regrettant que la France n'ait pas participé à la Guerre d'Iraq. Rappelons que Daech a commencé a perdre du terrain seulement au moment ou l'armée russe est venue en aide à la Syrie, en septembre 2015. Jusque là, la Coalition menée par les États-Unis n'a rien fait contre eux, ils ont été soignés par Israëlsoutenus quasi-ouvertement par la Turquie elle même membre de l'OTAN, et il y a de plus en plus de preuves de la complicité entre les forces spéciales américaines et Daech.
Cette stratégie d'inversion des faits a atteint son paroxysme dans une interview de Robin Yassin Kattab où celui-ci dit en substance :
géopolitique = conspirationnisme.
Impérialisme = Russie et Iran.
Dire que la rébellion syrienne c’est Al Qaida = islamophobie.
Lutter contre le terrorisme = être de droite. Anti-impérialisme = soutien aux dictatures. Révolution syrienne = guerre d’Espagne. Assad = djihadisme = fascisme. Dans la même publication, le site Lundi Matin, on pourra lire également qu'Assad est pire que Daech. Il faudra le demander aux Syriens confrontés aux attentats aveugles qui ensanglantent tous les jours leur pays.
2) L'appel à la violence, le refus du dialogue
Dès le mois d'avril 2011, sur le site du NPA, on pourra lire que "certains opposants et observateurs estiment qu’il est trop tard pour ces tentatives [de dialogue]." "La population ne se laissera plus amadouer par la dictature en place, alors même qu’une partie du peuple syrien se méfiait jusqu’ici de la perspective d’une révolution violente". Pas de place pour le dialogue donc, la gauche révolutionnaire veut que le sang coule en Syrie. Les éditorialistes ne vont cesser de nous dire ce que veut le peuple syrien : la chute du régime. Le peuple n'a plus peur, il accepte de verser son sang. "Ceux qui sont aujourd’hui dans la rue ne reviendront jamais en arrière et ne veulent rien négocier. Pour eux, le seul mot d’ordre reste «le peuple veut la fin du régime». A partir de là, les propagandistes vont demander des armes pour les "rebelles" : "nous avons besoin d’armes, d’entraînement aussi ", mais il faudra éviter de dire d'où viennent ces armes et à qui exactement elles vont être distribuées. Fin 2012, alors que des dizaines de milliers de djihadistes du monde entier affluent vers la Syrie, qu'ils sont entraînés aux frontières turques et jordaniennes, le NPA dira que "Les prétendues aides militaires ne proviennent que du Qatar, d’Arabie saoudite et de la Libye. Elles sont infimes et destinées aux petits groupes «islamistes» marginalisés". La CIA vient tout juste d'arrêter son programme d'aide aux "rebelles", et quand bien même évoquer ce programme était impossible à cette époque sans être taxé de conspirationnisme, c'est à présent tout à fait officiel. Mais nous sommes en 2012 et le NPA veut des armes pour les "rebelles" : "On ne saurait pas être contre, à condition toutefois de préciser certaines conditions. [...] Des systèmes d’armement sophistiqués exigent parfois un personnel hyperspécialisé et créent donc une forme de dépendance extérieure. Ce n’est pas ce que demandent les rebelles syriens, qui ont avant tout besoin d’armes antichar et de missiles antiavions pour se protéger des assauts meurtriers de l’artillerie et des avions de chasse du régime. Ces conditions étant précisées, on pourra dire: chiche!"
Chiche. Les armes ont été livrées, les "rebelles" entraînés, la guerre de Syrie atteint les 500000 morts. Le NPA est-il satisfait ? En 2014, Gilbert Achcar, celui qui sait mieux ce que "le peuple veut" que les Syriens eux-mêmes, va se lancer dans un appel à la guerre totale : en Syrie selon lui,
"
il est illusoire d’espérer provoquer le renversement du despote par de simples manifestations ", la famille régnante "ne peut être renversée que par les armes". Il faut donc "une révolution qui l’emporte au moyen d’une insurrection populaire armée débouchant sur une guerre civile avec formation de zones libérées qui s’étendent progressivement jusqu’à la victoire finale". "La révolution syrienne ne pourra se développer qu’en se transformant en guerre civile". "La grande faillite des démocrates et progressistes de l’opposition syrienne, c’est qu’ils n’ont pas saisi d’emblée l’inéluctabilité de la guerre civile".
La guerre civile, la pire horreur qui puisse arriver à un pays, devient vertueuse dans la bouche d'Achcar. Il faudra lui payer un voyage à Alep, pour qu'il explique directement aux Syriens que c'était pour leur bien.
3) Protéger les Etats-Unis, Israël et les Saoud
Les propagandistes ont tout fait pour cacher et protéger les véritables responsables de la guerre, l'alliance OTAN/Israël/CCG. Au début des événements, ils ont d'abord voulu faire croire que celle-ci protégeait Assad, afin de semer la confusion chez les anti-impérialistes. Alternative Libertaire savait en 2011 que les puissances occidentales "ne maîtrisaient plus rien". Le NPA, lui, nous expliquait "la relative prudence des puissances occidentales, des saoudiens et surtout d'Israël face aux événements. Pour eux, Assad est un « mal connu », et, malgré tout, un pilier de l'ordre régional. Ce qui peut venir après lui est beaucoup plus terrible pour eux". Par conséquent, "le maintien du régime syrien est la meilleure option possible pour Israël". Le NPA ira jusqu'à présenter ce mensonge comme une évidence : "pourquoi l’Occident et Israël craignent-ils tellement de perdre le régime de Bachar al-Assad? ". La réponse arrive quelques mois plus tard : "La victoire de la Révolution syrienne ouvrira un nouveau front de résistance contre les puissances impérialistes, alors que sa défaite les renforcerait". Le mois suivant : "Sous prétexte qu’Assad s’est moins aligné sur les USA et Israël que d’autres régimes arabes [...], ou craignant une montée de l’intégrisme religieux, certains à gauche ne soutiennent pas l’insurrection syrienne. C’est un contre-sens ! La place des anti-impérialistes et anticapitalistes, c’est d’agir aux côtés des révolutionnaires arabes".
Achcar toujours, va prétendre en 2012 que "les événements en cours signalent un fort déclin de l’hégémonie américaine", "L’influence que peuvent avoir les États-Unis sur le processus en cours en Libye est très limitée ". L'année suivante, il déclare sans rire "Washington ne souhaite le démantèlement d’aucun Etat. Il veut une « transition ordonnée » – que le pouvoir change de mains, mais en garantissant la continuité fondamentale de la structure de l’Etat" (après que les États-Unis aient détruit les États somalien, afghan, iraquien, libyen...). Et bien sûr, "Les puissances occidentales ne vont apporter de soutien substantiel – en particulier militaire – à aucune force de l’opposition, parce qu’elles ne font confiance à aucune de ses composantes".
Les auteurs précités ne sont évidemment pas tous des agents, même si en ce qui concerne Gibert Achcar, Ghayat Naisse, Joseph Daher ou l'hystérique Ziad Majed on est en droit de le penser. Ce qu'on peut constater et tenter d'étudier, avec le recul historique, c'est un édifice immense de contrôle de la pensée, d'interdiction de la parole dissidente par la censure et par l'autocensure, un édifice qui dépasse largement le cadre de notre étude (la gauche révolutionnaire en France), puisqu'il s'est avant tout manifesté dans les media dominants, à destination du grand public. C'est dans Le Monde qu'on trouvera la propagande la plus vile, en particulier sous la plume de Jean-Pierre Filiu, qui a par ailleurs écrit le scénario d'une bande dessinée de propagande (la bande dessinée est un bon angle pour toucher le public de gauche.) On sait maintenant que Le Monde prenait ses ordres directement de l’Élysée ou du quai d’Orsay, mais est-ce une surprise ? Un militant de gauche devrait pouvoir comprendre que les media subventionnés par l'État sont au service de l'État, et qu'en cas de guerre, la liberté de la presse n'a plus aucun sens puisque c'est la sécurité nationale et le secret défense qui priment.
Cela n'empêchera pas bien sûr les groupes de gauche révolutionnaire de se référer exclusivement aux media dominants pour étayer leur argumentation, et de rejeter tout point de vue alternatif. Chez le NPA, AL et consorts, il est de bon ton de considérer toute info provenant de Russia Today comme mensongère (la voix du Kremlin, quelle horreur !), mais de ne jamais douter d'une info provenant du Monde ou du New York Times.
Le paroxysme de l'absurdité a été atteint en décembre 2016, quand tous les media dominants ont hurlé au génocide de la population alépine par les sauvages armées "de Bachar et de Poutine". A ce moment-là, Philippe Poutou lui-même a été mis à contribution pour s'indigner devant ce "massacre" : "les massacres ont commencé dans Alep-est. Toutes les informations sont concordantes." Le NPA ne manquera de culpabiliser la gauche : "la vérité choquante est que le peuple syrien dans sa lutte pour son émancipation n’a pas trouvé une solidarité internationale à la hauteur de ses sacrifices. Il reste seul devant l’enfer des armes d’un régime sanguinaire, et il montre un courage extraordinaire, de ses jeunes, des masses populaires révoltées, qui font face à la barbarie extrême du régime et de ses alliés." Ces jeunes, ces masses populaires révoltées, c'était en fait des milliers de djihadistes venus des quatre coins de la planète, qui tenaient la population d'Alep-Est en otage, avaient mis en place des tribunaux pseudo-islamiques, volé, violé, torturé, massacré, terrorisé. Mais pour le NPA, ce sont des "héros". Il faudra donc aussi leur payer un voyage à Alep, pour qu'ils puissent demander directement aux Alépins s'ils regrettent le temps où des barbus semaient la terreur dans leurs quartiers et violaient leurs filles.
Le NPA, Alternative Libertaire mais aussi l'UJFP, Cedetim, Émancipation, Ensemble, le Forum Palestine Citoyenneté, L’Insurgé, Nasskoune, l'Union syndicale Solidaires se sont réunis en 2013 au sein d'un collectif : "Avec la Révolution Syrienne" afin d'aider activement les "rebelles syriens" qu'ils présentent comme des militants pacifiques et démocrates, alors que les combattants sont payés avec des fonds provenant de l'étranger, qu'ils possèdent des tanks, et que les plus puissants d'entre eux sont des djihadistes prêts à mourir pour Dieu. Le collectif ARS va répandre la bonne parole de propagandistes comme Joseph Daher pour faire croire à une administration libertaire des zones rebelles ; il faut pour cela réussir à imaginer des zones libres habitées par des libertaires progressistes qui font vivre la démocratie directe en harmonie avec les djihadistes coupeurs de têtes qui les protègent.
C'est en 2013-2014 que l'idéologie communiste libertaire va commencer à être vraiment mise à contribution. Une certaine Leila "Shrooms" Shami, se présentant comme militante anarcho-féministe, va faire l'éloge d'Omar Aziz, présenté comme un anarchiste syrien ayant théorisé le fonctionnement de conseils locaux en s'inspirant de Rosa Luxembourg ou de la Commune de Paris. Pourtant, si on lit le texte en question, l'auteur reconnaît l'autorité du Conseil National Supérieur créé par les Frères Musulmans en Turquie, et demande aux conseils de s'y soumettre et de se mettre au service de l'Armée Syrienne Libre. On aura vraiment du mal à y trouver la moindre trace d'anarchisme. On trouve sur Youtube une interview où la caméra ne vient jamais filmer le visage de Leila Shami, mais on peut entendre sa voix, la voix d'une anglophone ne sachant pas prononcer l'arabe, aux côtés de Charles Lister, intermédiaire entre les Etats-Unis et les groupes armés rebelles d'une part et propagandiste dans toute la presse mainstream, lié au Qatar. Le mythe des conseils démocratiques des "rebelles modérés" sera répété sans cesse par le collectif ARS ainsi que par les media qui y sont liés. Le collectif tient ses conférence sous le drapeau de l'ASL, le drapeau du colonisateur français (les Français ont peut-être oublié les massacres commis par la France en Syrie au temps du mandat, mais pas les Syriens. Et il faut être bien mal avisé pour imaginer que les Syriens voient dans l'état français un « libérateur ».)
PHASE III : LE ROJAVA
A partir de 2014 une nouvelle opération est lancée : le Rojava. Les militants libertaires, sans abandonner leur soutien à la rébellion islamo-communarde, vont devenir fascinés par les Kurdes des YPG-YPJ, la branche syrienne du PKK. Le leader du PKK, en prison en Turquie, est censé avoir adopté l'idéologie communiste libertaire, un « municipalisme » dont l'inspirateur serait l'anarchiste étasunien Murray Bookchin. La rébellion Kurde déclare mettre en place dans ses territoires une société libertaire, égalitaire, anticapitaliste et écologique. Dès lors, il est urgent de les soutenir et d'inciter les gens à partir se battre. A partir de 2014, des anarchistes du monde entier affluent vers la Syrie, empruntant le même chemin que les djihadistes qui les ont précédés. Il est difficile d'imaginer que cela représente plus de quelques milliers de combattants, mais, comme pour les djihadistes, cela permet aux États d'origine de se débarrasser d'un certain nombre de radicaux et de mettre leur colère à profit.
Or il est évident que le Kurdistan n'est rien d'autre que le Plan B des États-Unis, après l'échec des djihadistes. Un Kurdistan indépendant en territoire syrien et iraquien leur permettrait de démembrer et donc d'affaiblir ces deux états, et mettre la main sur de gigantesques ressources énergétiques. L'Iran, qui héberge une large population kurde, serait menacé. Il faut absolument garder en tête que les habitants du nord de la Syrie ne sont pas majoritairement Kurdes. Le Rojava est en dehors du Kurdistan, les Kurdes se trouvant essentiellement en Turquie. En Iraq les Kurdes sont soutenus par Israël. On peut penser que la Turquie est opposée à la création d'un Kurdistan mais on peut aussi penser qu'elle pourrait en profiter pour y déporter ses Kurdes tout en en repeuplant le sud de la Turquie avec les Syriens. Et effectivement les YPG/YPJ sont soupçonnés de procéder à des déplacements de population.
Pour brouiller les cartes, les États-Unis ont créé les Forces Démocratiques Syriennes qui regroupent les Kurdes avec des combattants arabes, mais concrètement les YPG/YPJ sont largement majoritaires et procèdent à une « kurdisation » forcée de la région. Le pouvoir est au parti, le PYD. Le paradis libertaire est censé régner dans des zones organisées depuis toujours de manière tribale, en guerre, sous le contrôle de soldats armés et commandés par les États-Unis. C'est dur à avaler et de nombreux articles vont tenter de faire passer la pilule, au nom du réalisme et au moyen, encore et toujours, de la culpabilisation : « Il est incroyablement facile — sinon honteux, à certains égards — de s’asseoir dans le confort de nos maisons occidentales et de critiquer la "trahison" d’un mouvement au nom de sa "collaboration" avec l’impérialisme lorsque la vie de tant de personnes est, littéralement, en jeu. [...] Le révolutionnarisme et la solidarité de fauteuil, uniquement conditionnés par les notions de "pureté" n’ont aucun sens dans le monde réel », pourra-t-on lire dans Ballast.
Les États-Unis ont implanté une bonne dizaine de sites militaires au sein des communes libres du Rojava, ils ont pu envoyer des milliers de soldats : ils ont donc envahi la Syrie, en toute discrétion. Les derniers événements montrent clairement que les Kurdes sont actuellement plus en guerre contre l'État syrien que contre Daech. Ils ont réussis à reprendre de vastes territoires riches en pétrole à Daech sans que ceux-ci ripostent, afin d'empêcher l'armée syrienne d'en reprendre possession. Daech a ensuite lancé une grande offensive contre l'armée-syrienne, permettant aux Kurdes de s'emparer d'encore plus de puits de pétrole et de gaz. On a vu un chef de tribu auparavant daechiste se mettre au service des Kurdes. Il est encore trop tôt pour savoir ce qui se passe vraiment au Rojava, mais il y a de quoi se méfier et être prudent.
Les groupes de gauche révolutionnaire vont déclarer apporter un soutien critique, mais dans les faits, ils promeuvent ultra-activement les YPG/YPJ, par des levées de fond et une propagande incitant les militants à franchir le pas et passer à l'action : aller se battre en Syrie, tirer sur des Arabes avec des armes étasuniennes.
On pourra suivre les aventures d'un communiste libertaire dans les YPG, rêver en voyant des combattants poser devant tous les symboles de l'anarchisme et de l'antifascisme, les drapeaux rouges et noirs, les A cerclés... Le site Lundi Matin nous expliquera précisément la marche à suivre pour s'engager et rejoindre le front.
Voilà comment les États-Unis ont réussi à envoyer des anarchistes du monde entier se faire tuer en Syrie pour leurs intérêts. C'est un tour de force qui ne doit pas faire une grande différence sur le plan purement militaire, mais qui est très intéressante pour eux sur le plan psychologique : soutien de la gauche « radicale » à la création d'un "nouvel Israël" où le PKK deviendra peut-être « la gauche Kurde », mais où le pouvoir sera toujours au mains des atlantistes et sionistes.
Reste à savoir ce que signifie le retournement de la gauche révolutionnaire pour la France. Il n'est effectivement pas rassurant de voir un site de propagande comme Lundi Matin se faire passer pour la voix des anarchistes et appeler à l'émeute et à la violence. Cette violence éclatera tôt ou tard du fait de la situation désastreuse de la France, et il est évident que dans les tiroirs du Pentagone, des plans sont déjà prêts.
Vincent Lenormant
Images complémentaires sur le Kurdistan : la proportion de Kurdes dans les populations régionales, la répartition des Kurdes dans les différents États du Moyen-orient et le nom des différentes régions kurdes (en Turquie, Iran, Syrie et Irak): 


 
 

Source: http://www.librairie-tropiques.fr/2017/10/gauche-revolutionnaire-la-grande-manipulation.html