vendredi 29 juin 2012

Profession des députés français: toujours beaucoup de fonctionnaires et d'enseignants, mais plus aucun ouvrier

ASSEMBLÉE NATIONALE - Quel est le métier de nos députés? Nous ressemblent -ils? Viennent-ils de milieux aisés? Il y a t-il encore des députés ouvriers? Quel est le métier qui domine à l’Assemblée? Autant de questions qui nous ont taraudé au Huffington Post, alors que l’Assemblée comporte 40% de nouveaux députés.

Fonctionnaires et enseignants forment le gros des troupes
Premier constat: l’Assemblée n’a pas beaucoup changé ! Les fiches des députés, qui viennent tout juste d’être remplies, montrent un profil à peine différent. La nouvelle Assemblée compte surtout des fonctionnaires et des enseignants, au total 185, à peine plus que dans l’ancienne, qui en comptait 172. On trouve aussi beaucoup de cadres, d’avocats et de médecins. Le nombre de cadres n’a pas bougé, mais celui des médecins a chuté : 21 contre 34 dans la précédente, et seulement 6 avocats en moins, sur un total aujourd’hui de 32.

A noter, comme le rappelle Libération, ce décompte n’est pas définitif car il correspond à la déclaration de candidature des futurs élus auprès du ministère de l’Intérieur.

L’Assemblée est encore loin de refléter la population
Pourquoi tant de fonctionnaires et d’enseignants? Cette forte proportion de députés issus du secteur public s’explique notamment, selon une étude du chercheur Luc Rouban, parue dans les Cahiers du Cevipof, “parce que l’absence de risques professionnels encourage davantage les salariés du public à candidater”. Résultat : les professeurs ont toujours été nombreux, formant jusqu’à  20% des rangs en 1981 et 17% en 1988. (mais 11% en 2007 et entre 6 et 10% entre 1958 et 1973). Enseignants et fonctionnaires réunis formaient même près de 52% de l’Assemblée en 1981 !

La classe moyenne a gonflé...
En 50 ans, la physionomie de l’Assemblée a quelque peu évolué. Les débuts de la Ve étaient marqués par une très forte proportion des catégories supérieures d’un côté, avec un contingent de classe moyenne plus faible et quelques ouvriers au bout de la chaîne. “On est passé d’une Assemblée où les catégories supérieures du privé sont fortement représentées à une Assemblée dominée par les classes moyennes”, explique Luc Rouban dans le Figaro.

Une "démocratisation" de l'Assemblée ? Il faut apporter à cela plusieurs nuances. Tout d'abord les "classes moyennes" de l'Assemblée sont des classes moyennes des couches supérieures, comme le fait remarquer Louis Maurin, président de l'Observatoire des inégalités, contacté par le Huffington Post.

...aux dépens des ouvriers
Mais surtout, même si les bancs de l’Assemblée n’ont jamais regorgé de cols bleus, aujourd’hui ils ont disparu. Ils étaient 6% en 1978 et près de 5% en 1981, et cette proportion est ensuite retombée à un pourcent en 2007, puis zéro en 2012. Alors que la population compte, elle, près de 12,5% d'ouvriers, selon les chiffres de l'INSEE.

Il y avait aussi bien plus de députés d’origine modeste aux débuts de la Ve République. “Qu'ils soient gaullistes ou communistes, les premiers députés de la Ve République étaient souvent d'anciens résistants, et donc presque tous issus de milieux modestes. Cette génération a naturellement commencé à disparaître dans les années 1980, pour laisser la place à des élus provenant de plus en plus des classes moyennes”, explique le sociologue. Et même, si l'on remonte à la première législature de la IVe République, soit entre 1946 et 1951, les catégories populaires, ouvriers et employés confondus, représentaient près de 19 % des députés.

PRÉCISION: Comme l'a fait remarquer un de nos lecteurs, le député Patrice Carvalho, qui regagne les rangs de l'Assemblée cette année, a fait ses débuts dans l’hémicycle vêtu de son bleu de travail en 1997. Ouvrier mécanicien à ses débuts, le député PCF de la 6e circonscription de l'Oise est aujourd'hui auditeur responsable en environnement,en hygiène industrielle et en sécurité comme l'indique sa fiche parlementaire et comme cela nous a été confirmé par sa permanence à l'Assemblée nationale.
De moins en moins d'agriculteurs
Pour certaines professions, l’Assemblée semble refléter parfaitement les évolutions. Ainsi la catégorie des agriculteurs, qui n’a cessé de baisser, avec environ 12% d’agriculteurs-députés à la fin des années 1950 et au début des années 1960, pour seulement 3 à 4% depuis 1993, ce qui est assez proche de la proportion d’agriculteurs dans la population active, qui est autour de 2 à 3% aujourd’hui.

Mais pour la plupart des autres professions, il subsite toujours un fossé important entre la population et les élus. Ce qui fait regretter au président de l'Observatoire des Inégalités, que ces disparités ne soient pas davantage mises en avant. "Dans le débat public, on se concentre sur la présence des femmes à l'Assemblée, mais l'on évoque quasiment jamais l'absence des catégories populaires. L'Assemblée actuelle ne compte quasiment plus de représentants des couches sociales les moins favorisées, cela a des conséquences en terme de politiques publiques.".

Aude Lorriaux
Aude.Lorriaux@huffingtonpost.fr

Les trois quarts des députés cumulent les mandats

En matière de parité ou de cumul, les députés français ont encore des progrès à faire. LeMonde.fr a travaillé à partir de deux sources de données : d'une part, la composition des groupes parlementaires fournie par l'Assemblée, et ensuite, le fichier compilé par le site FTVi sur le nombre de mandats détenus par les députés. Les deux permettent de dresser un portrait pas toujours flatteur de la nouvelle Assemblée.

Parité : centre et droite à la peine. La parité, d'abord. L'assemblée comptait 18 % de femmes en 2007, elle atteint cette fois les 25 %, avec 155 élues. Le groupe PS en compte 103 pour 176 hommes, soit 36,9 %, contre 27 pour 158 hommes à l'UMP, soit 14,6 %. Seuls les élus écologistes ont atteint la parité avec neuf hommes et neuf femmes (avant la démission de la ministre Cécile Duflot). La palme de la non-parité revient au groupe centriste et radical, avec une seule femme pour 28 hommes.

Les groupes de l'Assemblée : Europe Ecologie-Les Verts (EELV), Gauche démocrate et républicaine (GDR), non inscrits (NI), groupe Radical, républicain, démocrate et progressiste (RRDP), groupe Socialiste radical citoyen (SRC), Union des démocrates et indépendants (UDI), Union pour un mouvement populaire (UMP).

Age : peu de variations entre les groupes. L'âge moyen de cette nouvelle Assemblée est de 54 ans, avec peu de variations. Les plus jeunes sont les écologistes – 49 ans en moyenne –, tandis que les plus âgés sont les députés du groupe GDR (Front de gauche et apparentés), 60 ans en moyenne. L'UMP est à 55 ans de moyenne d'âge, le PS à 53.

Renouvellement : la palme à EELV et au PS. On peut aussi observer le nombre de réélections de députés sortants : 344, plus 16 qui font leur retour à l'Assemblée après une interruption (notamment les anciens ministres), contre 217 députés élus pour la première fois. L'UMP, avec 157 sortants ou 'retournants', contre 28 primo-élus, est en queue de peloton du renouvellement, tandis que les socialistes font mieux, avec 146 élus sortants ou de retour, contre 133 dont c'est le premier mandat. Le groupe EELV, lui, est composé de 16 nouveaux élus et de deux sortants.

Cumul : 75 % des députés ont plus d'un mandat. Sur les 577 députés de l'Assemblée, on compte 438 parlementaires qui ont plus d'un mandat. Seuls 139 n'en ont qu'un, alors que 33 (dont neuf UMP et 14 socialistes) ont quatre mandats en comptant celui de député, soit le maximum prévu par la loi. En moyenne, chaque député possède deux mandats.

Les étiquettes des élus : Alliance centriste (ALLI), MoDem (CEN), divers droite (DVD), divers gauche (DVD), extrême droite (EXD), Front de gauche (FG), Front national (FN), Nouveau Centre (NCE), Parti radical (PRV), Radicaux de gauche (RDG), régionalistes (REG), Parti socialiste (SOC), Union pour un mouvement populaire (UMP), Europe Ecologie-Les Verts (VEC).

250 députés qui sont aussi maires. Le cumul le plus fréquent est sans conteste député et maire. Pas moins de 250 députés sont dans ce cas, même si 49 d'entre eux sont maires d'une commune de moins de 3 500 habitants, ce qui n'est pas comptabilisé dans les nombres de cumuls autorisés par la loi.

16 présidents d'exécutifs régionaux députés. Mais on compte aussi 155 députés conseillers généraux, 83 exerçant un mandat régional, et 91 qui président une intercommunalité. Ce sont parfois les mêmes : 131 parlementaires ont deux mandats en plus de leur siège de député. Et pas moins de douze présidents de conseil général et quatre présidents de conseil régional ont également été élus à l'Assemblée.

83 % des députés UMP cumulent, 76 % de ceux du PS. C'est l'opposition de droite qui a la palme du cumul. Sur 193 députés UMP, seuls 33 n'ont qu'un seul mandat, soit 17 %. Au PS, 70 des 282  députés sont dans ce cas, soit 24 %. Pour le PS, la chose pose d'autant plus souci que le parti a ratifié par référendum la fin du cumul des mandats. Les parlementaires PS se sont en principe engagés par écrit à abandonner leurs mandats exécutifs locaux avant le 1er octobre 2012.

Nord et Bouches-du-Rhône en tête des départements aux élus cumulards. Au palmarès des départements dont les élus cumulent le plus, le Nord triomphe, avec 44 mandats pour 20 députés. Il est suivi des Bouches-du-Rhône (32 mandats pour 15 députés), de Paris (29 mandats pour 17 députés), la Gironde (27 mandats pour 11 députés), ou encore des Hauts-de-Seine (27 mandats pour 12 députés).

Samuel Laurent et Alexandre Léchenet

http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/06/27/les-trois-quarts-des-deputes-cumulent-les-mandats_1725264_823448.html#xtor=RSS-3208

jeudi 28 juin 2012

Belle (25) : Olivia Wilde

Olivia Wilde, de son vrai nom Olivia Jane Cockburn, est une actrice américano-irlandaise, née le 10 mars 1984 à New York (New York, États-Unis).

A signaler dans sa filmographie : Tron : L'Héritage (Tron Legacy) en 2010 et Cowboys et Envahisseurs (Cowboys and Aliens) en 2011

Voir le portrait complet d' Olivia Wilde sur Wikipedia








Découvrir la mythologie hindou en jouant à Bhāratavarṣa (भारतवर्ष)

भारतवर्ष

  • Introduction

Bharatavarṣa est un jeu de rôle fantastique épique, librement inspiré des itihāsa ou mahākāvya (épopées) indiennes védiques et hindouistes comme le Rāmāyaṇa et surtout le Mahābhārata.

L'adaptation est très libre. On abandonne notamment l'idée fondamentale de la morale éthico-sociale de ces textes. Contrairement à la réalité du système rigide des Classes (varṇa) et des Castes, le jeu laisse ouverte la possibilité de la mobilité inter-classes ou de personnages féminins un peu plus divers que dans les textes traditionnels. Bharatavarṣa ne simule pas la réalité de l'Inde ancienne mais plutôt la façon dont les épopées (y compris des versions tardives et anachroniques) représentaient ce passé.

Le système de règles est également inspiré du jeu épique mythologique Heroquest, le jeu créé par Robin Laws et édité par Issaries Inc.
Le jeu est aussi inspiré du projet de Kali Yuga, le jeu de rôle non édité annoncé par RiP il y a plusieurs années.

Qu'est-ce qu'un jeu de rôle ?

Gourou (Narrateur) et Personnages-joueurs

Le système ॐ résumé

Dans le jeu Bharatavarṣa, un "personnage" a des caractéristiques qui peuvent être n'importe quels aspects, vertus, talents, équipement. Ces caractéristiques ont un score numérique. Ce score peut s'écrire de 1 à 20 dans les cas ordinaires, et s'il dépasse 20 (maximum "normal" pour un humain du commun), on utilise alors le symbole de la Syllabe Mystique : (AUM, si vous ne voyez pas le symbole Dévanagari ॐ vous pouvez juste utiliser la lettre A). Un score noté xॐy signifie x + 20y. Par exemple : "14ॐ2" est équivalent à 54 (on n'a pas besoin d'écrire y s'il est = 1).

En gros un score de 1ॐ (21) est celui d'une personne bien entraînée, remarquable, un score de 1ॐ2 (41) commence à devenir héroïque au niveau de la région, 1ॐ3 (61) est héroïque au niveau national de tout un Royaume, et à partir de 1ॐ4 (81) on arrive aux demi-dieux et aux Avatars divins connus dans tout le monde de Bharatavarṣa. Seuls les Dieux et les plus grands Asura dépassent le score de 20ॐ4 (100).

Réussir une action simple
Il faut lancer un dé à vingt face (d20). Si le résultat du dé est inférieur au score, c'est une réussite, sauf si le résultat est un 20, qui est une Maladresse. Si c'est un 1, c'est une Réussite exceptionnelle. Un personnage à partir du score de 1ॐ (21) échoue encore sur un 20 mais ne fait plus de Maladresse. A partir de 1ॐ2, il réussit toute action simple et il n'y a pas à lancer de dé.

Réussir une action opposée
Si un score s'oppose au score d'un adversaire ou au score d'une difficulté, on soustrait d'abord la différence dans le nombre de "AUMs" et on simplifie ainsi l'opposition. Ainsi un personnage qui a 3ॐ2 (43) contre un personnage qui a 16ॐ (36) revient donc à 3ॐ (23) contre 16. Les deux adversaires lancent un dé et celui qui a le résultat le plus élevé mais quand même inférieur à son score a gagné. Chaque AUM permet de monter le degré de réussite : au lieu d'une maladresse, on a un échec normal, au lieu d'un échec, on a une réussite normale, au lieu d'une réussite normale, on a une réussite exceptionnelle, au lieu d'une réussite exceptionnelle, on a une double réussite exceptionnelle, etc.

Oppositions dramatiques

Lorsque le conflit est d'importance, les joueurs peuvent prendre plus de temps et détailler le conflit en plusieurs tours.

(a) Leur score est alors compté comme un nombre de points d'action : le personnage qui a un score de 3ॐ2 a 43 points de Karman (action).
(b) Chaque camp doit miser une partie de ces points d'actions avant le jet de dé.
(c) Les scores sont ensuite comparés comme dans un conflit. Chacun lance un d20.
(d) Mettre ici le tableau des résultats des oppositions et les gains de points d'action.
(e) Il a la possibilité d'augmenter son score via un autre score une fois par tour. L'augmentation automatique est égale au score divisé par 10 (arrondi au 0,5 supérieur). Exemple : Rama a un score de 18ॐ2 (58) à l'Arc et un score de 6ॐ2 (46) en Méditation, il peut s'augmenter ce tour-ci au score de +5 (46 divisé par 10), ce qui le fait passer à 3ॐ3 (63), mais il garde toujours le nombre de points d'action initial dans le conflit.

  • Chapitre 1 Introduction au monde de Bharatavarṣa
Le Bharatavarṣa est le nom traditionnel de tout le sous-continent, lui-même composé de multiples royaumes. Il signifie "le Versant de Bharata", du nom d'un des ancêtres dynastiques Bharata ("Celui qui maintient").

Le monde connu est divisé en Neuf Versants de montagne autour du Mont Merou : celui de Kuru, celui des Kiṃnara (les centaures descendant des Gandharvas gardiens du Soma, serviteurs de Kubera), Ketumāla (l'Occident), Bhārata, Bhadrāśva (Cavaliers du Nord), Ramyaka, Hari (Fauves), Hiraṇmaya (Pays doré), Ilāvṛta (le Bassin central).




  • Chapitre 2 Création de personnage
Méthode Narrative
La méthode la plus simple pour créer un personnage est d'écrire un court texte racontant ses origines. Cela permet ensuite au Gourou de déterminer les scores.

Méthode par combinaison
Cette seconde méthode est conseillée pour le débutant. Il faut suivre les différentes étapes pour constituer un personnage, et l'une des plus importante est la Classe sociale (Varna) et les Vertus. Le Héros, pour simplifier, a des scores de 17 dans tous les traits, vertus et compétences associés à son score. Il peut choisir deux scores qui seront au niveau 1ॐ (Expert), et un score qui sera au score 1ॐ2 (Expert célèbre).

Nom
On peut utiliser cette liste.

Espèce
1. Humain.
Choisir aussi si le personnage vient plutôt du nord Ārya ou du sud Dravida (et autres indigènes Dāsa / Dasyu). La distinction "ethnique" dépend en un sens moins que la Classe sociale.

2. Amanusha (Non-Humains)
  • Apsara et Gandharva
Nymphes et esprits de la nature.
Mots-clefs : Beauté, Chanter des hymnes.
Pour les Gandharva : Parler aux Chevaux.

  • Asura
Les Asura sont des êtres proches des Dieux, des "démons" qui ne sont pas tous nécessairement maléfiques. Certains Asura sont même de sages et pieux rishis. Ils adorent souvent Śiva ou des forces telluriques ou chtoniennes comme Kubera. On compte les Bhūta (Esprits des morts), Daitya (génies), les Dânava, les Dâsyu, les Kalañjaka, les Khalin, les Nâga, les Nivatakavacha, les Pauloma, les Pishacha (les Ogres), les Rā́kṣasaḥ (anthropophages polymorphes) et les Yakṣha (Fées).
Ghatotkacha est un exemple de héros à demi Rakshasa et à demi humain.
Mots clefs : Asura, Voir dans le noir, Manger de la chair humaine, Force, Connaissance des profondeurs, Mâyâ.

"Hordes, assemblées" (aussi appelés bhutagana, troupes des esprits). Nains difformes qui servent Śiva et son fils Gaṇeśa.
Mots clefs : Dévotion à Shiva, Aspect effrayant.
Parmi eux se trouve (dans le jeu Bharatavarṣa) le groupe des Gajānana, les Eléphantocéphales.
Mots clefs : Dévotion à Ganesha, Défense, Trompe, Poids lourd 1ॐ2, Parler aux Eléphants.

  • Vānara ("Sylvains")
Les Vânara sont un peuple de singes intelligents, ou d'humains à queue de singe. Leur Roi est Sugrīva, fils du Dieu du soleil Surya, mais le plus connu des Vânara était le divin Hanumān, fils du Dieu Vayu et parfois considéré comme un des aspects de Śiva lui-même.
Mot-clefs : Queue, Agile, Espiègle, Connaissance de la forêt.

Parenté, Gotra et avatāra
Les héros des mythes de Bharatavarṣa sont souvent des enfants de Devas ou d'Asuras. Les Brahmanes ont même des rituels magiques pour appeler les Dieux et faire naître un enfant d'un Dieu, qui peut dès lors être un Aspect ou une Incarnation de cette divinité.
Il est déconseillé que le personnage soit un Avatar de Brahma (il n'a généralement pas d'avatar même si certains Brahmane peuvent l'appeler), Vishnou (parce que Parashurama et Krishna sont déjà présents - même si les Dieux peuvent bien se multiplier) et de Rudra. Il n'est pas recommandé non plus qu'il y ait un Avatar de Dharma et Indra puisqu'il y a déjà les Pandava, mais métaphoriquement le Dharma peut être présent chez tous les justes.
Le joueur doit obligatoirement mettre son score de 1ॐ2 en "Relation avec [le Dieu choisi]" s'il veut être l'Avatar de ce Dieu.

Saṃsāra, Incarnations passées
Le joueur peut aussi choisir d'être la réincarnation d'un héros mort. Il peut alors avoir des pouvoirs et des buts issus de son ancienne incarnation, comme Shikhandi.

Relations, alliés
Bhakti : dévotion envers une divinité particulière.

Varṇa

  • Brahmane (Brāhmaṇa)
Les 4 étapes d'une vie de Brahmane peuvent être Brahmacharya (étudiant), Grihastha (vie dans le monde), Vanaprastha (vie sacerdotale) and Sannyasa (ascèse et renoncement).
Mots-clefs : Veda (connaissance théorique des quatre recueils de Veda), Yajna (sacrifice), Dhyana (Méditation).
Option : Brahmane-Guerrier
De rares Brahmane peuvent apprendre les arts martiaux, à condition de mettre leur score de 1ॐ2 en "Enseignement de Parashurama" (le Brahmane qui a massacré les Kshatriya au Second Âge).

  • Kshatriya (Kṣatriya)
Les Princes (Rajaputra) appartiennent à trois lignages : les Chandravanshi (descendants de Chandra la Lune), Suryavanshi (descendant de Surya le Soleil) et les Agnivanshi (descendant d'Agni le Feu).
Mots-clefs : Kshatra (Vertu chevaleresque), Chasse, Conduire char, Tir à l'arc, Combat, Etiquette de Cour.

  • Vaishya (Vaiśya)
Mots-clefs : Un Artisanat, Négocier.
  • Shudra (Śūdra)
Les Shudra n'ont pas le droit d'assister aux Sacrifices accomplis par les Brahmane.
Le sage Vidūra, fils du sage Vyāsa et d'une servante, était Shudra et pourtant l'un des plus grands rishis, considéré comme une Incarnation de Yama et capable de converser avec Brahma lui-même.
Mots-clefs : Culte des Gramadevata (Dieux du village).

  • Multi-classes
Suta : Classe intermédiaire, enfants de kshatriya et de brahmane, considérés comme inférieurs aux deux. Ils sont des conducteurs de char, des hérauts et des messagers.
Mots-clefs : Conduire char.

Compétences et Pouvoirs

Les Rishis (sages) peuvent être Brahmanes, qui connaissent les Véda, mais aussi appartenir à d'autres classes parfois, s'ils ont appris à méditer.

Ascèse
Dhyana (méditation), yoga
Mâyâ ("Illusion") : la Magie
Mantra

Vara : Un Voeu spécial accordé par un Dieu comme récompense pour la piété ou l'ascèse. Cela peut compter aussi comme une Relation privilégiée avec un Dieu. Les Démons obtiennent souvent des Souhaits de Brahma, Shiva et même Vishnou, que les Dieux regrettent ensuite.

Vertus

  • Le Tejas
Le Tejas est le Feu sacré, la flamme intérieure, l'Aura héroïque. Le Tejas ne peut être supérieur au score le plus élevé du personnage.

  • Les 4 Purusharthas
Kāma : l'Amour sensuel
Artha : la Prospérité
Dharma : la Loi et la Justice (Le Dharma des Kshatriyas s'appelle plus précisément le Kshatra.)
Moksha : la Libération du cycle des Incarnations

Equipement

La Fortune peut être égale au score en Vertu Artha. Les Royaumes de Bharatavarṣa n'utilisent pas souvent de la monnaie ouvragée mais surtout des bijoux, notamment aux oreilles, et les bracelets, qui sont des signes de Statut. Il y a des pièces d'argent et d'or irrégulières, qui sont évaluée non à l'unité mais au poids total.
Les Héros ne se soucient pas de la Fortune (surtout s'ils sont Brahmane), mais elle peut être augmentée par leur statut social et le score de leurs relations (s'ils demandent le soutien de quelqu'un d'autre).

Mais la Fortune ne représente pas que des bijoux, elle s'incarne surtout dans les vaches. Même un Brahmane peut avoir besoin de Vaches pour ses sacrifices et pour le lait, ce qui peut les conduire dans la voie de la cupidité.

Une Fortune de 1ॐ est celle d'un Vaishya ou Brahmane prospère ou d'un Kshatriya normal.
Une Fortune de 1ॐ2 est celle d'un seigneur Kshatriya ou d'un Rishi célèbre qui attire de nombreux dons en vaches.
Une Fortune de 1ॐ3 est celle d'un Roi.
Une Fortune de 1ॐ4 est celle d'un Roi d'un Royaume particulièrement prospère et paisible, qui respecte le Dharma et qui est favorisé par la Déesse Lakshmi.
Une Fortune de 1ॐ5 existait du temps du Premier Âge, elle peut être celle du seigneur Krishna lui-même s'il demande à la Déesse Lakshmi de l'aider.

Objets magiques
Certains Objets ont des noms propres et sont souvent associés aux Dieux.

Chapitre 3 Devas et Asuras

Format :
Capacités
Vertus
Affinités
Secret
Rites et représentations
Aspects et avatars
Vehicule
Adorateurs
Relations

* les Aditya
* Agni
* Ashwins
* Brahma
* Chandra
* Ganesha
* Kubera
* Indra
* Karttikeya ou Skanda
* les Marutas
* Prithvi
* Soma
* Savitr
* Shiva / Rudra
Capacités : Ascèse, Danse, Méditation, Vie en Forêt, Sexe.
Vertus : Kâma et Moksha
Affinités
Destruction (Troisième Oeil, Violence, Nécromancie)
Lingam (Sexe et créativité)
Secret : Tamas (Ignorance mystique, permet de dissiper Mâyâ l'Illusion et donc toute magie).
Rites et représentations
Aspects et avatars
Rudra
Bhairava
Nataraja
Le Vanara Hanuman serait un de ses Avatars.
Vehicule : Nandi le Taureau
Adorateurs
Relations : Parvati / Durga est son épouse, Ganesha et Kartikeya sont ses enfants. Agni est considéré comme proche de son aspect destructeur.
* Surya
* Tvashtri
* Ushas
* Varuna
* Vayu
* Vishnu
* Yama / Dharma

Les Devi et la Shakti
* Sarasvati ou Vac
* Lakshmi
* Parvati, Durga et Kali

Dieux locaux
Himavant (Mont neigeux, l'Himalaya)
Déesse du Fleuve : Ganga et Yamuna
Naga et Gamadevata (Dieux du village)

Chapitre 4 Sacrifice et Magie

Chapitre 5 Histoire du monde

  • Cosmogonie
  • Satya Yuga (Âge de la Vérité)
Le Premier Âge, Kṛta Yuga ("Âge Parfait") ou Satya Yuga ("Âge de Vérité") est celui où les Dieux vivaient encore sur Terre. C'est l'Âge des quatre premiers avatāra de Vishnu, sous forme animale pour stabiliser les origines du monde : le Poisson, la Tortue, le Sanglier et l'Homme-Lion.

1. Matsya le Poisson

Un Démon avait volé à Brahma les quatre Véda de la Révélation et avait enfermé la sagesse dans une conque au fond des Eaux. Vishnou devint alors un Poisson pour dévorer le Démon et libérer des profondeurs les quatre Véda.

Le roi Satyavrata de l'ancienne Dravida, l'un des premiers humains, trouva un jour un petit poisson dans une rivière et le poisson lui demanda de le sauver. Satyavrata accepta et le Poisson grandit. Il dit au Roi qu'un Déluge allait tout inonder et qu'il pourrait le sauver, lui et sa famille. Satyavrata construisit un navire et suivit le Poisson vers une Montagne de l'Himalaya, avec les Rishis et les germes de la vie. Satyavrata survécut et devint ainsi le nouveau Manu, le Premier Homme.

2. Kûrma la Tortue et le Barattage de l'Océan

Les Deva cherchaient le moyen d'obtenir l'immortalité et Brahma leur dit de faire une trêve avec les Asura pour le rituel du Barattage de la Mer de Lait (Samudra Manthan), qui pourrait produire l'Amrita et le Soma. Les Deva et Asura prirent le mont Mandara pour baratter l'Océan, ils enroulèrent le grand roi des Naga, Vasuki, autour du Mont. Vishnou devint une Tortue pour servir de support et stabiliser l'axe du Mont Mandara.

Mais le Barattage produisit d'abord un poison toxique nommé Hâlahala qui menaçait de détruire toute vie. Le dieu Shiva accepta de se sacrifier en absorbant le poison. C'est pourquoi il a une marque bleue sur la gorge. Le poison explique le mal physique et le venin des animaux nuisibles.

Puis le Barattage produisit des bienfaits : Surabhî, la vache d'abondance, source de lait et de beurre pour les Sacrifices, Sura Vârunî, la déesse du vin, fille de Varuna, Shrî Lakshmî, la déesse de la fortune, assise sur un lotus, épouse de Vishnou, Kalpavriksha Pârijâta, l'arbre du paradis, Chandra, la lune, Ucchaisshravas, le cheval blanc à 7 têtes, Airâvata, l'éléphant blanc qui devint la monture d'Indra, les Apsarâs ou nymphes célestes, Kaustubha, la conscience sans défaut, le joyau qui orna ensuite la poitrine de Vishnu, mais aussi de Krishna, la conque, l'arc, le poisson, et enfin Dhanvantari, le médecin des Deva tenant dans ses mains une coupe, kumbha, pleine d'amrita, le nectar d'immortalité.

Les Asura tentèrent de garder tout le Nectar et l'Ambroisie pour eux mais le dieu Vishnou-Kurma se transforma alors en déesse, Mohini qui vint séduire les démons Daitya et leur reprit l'Amrita pour le médecin Dhanvantari.

Kurma tient toujours sur son dos tout Bharatavarṣa.

3. Varaha, le Sanglier.

Le démon Hiranyaksha avait enlevé la Terre (Prthivi) et l'entraînait au fond des océans. Vishnu devint le sanglier Varaha qui vint faire ressortir la Terre des profondeurs.

4. Narasimha, l'Homme-Lion.

Le démon Hiranyakashipu, frère de Hiranyaksha, devint un ascète pour obtenir des pouvoirs mystiques et venger son frère. Brahma lui accorde alors le présent de ne pouvoir être vaincu par aucun Deva. Hiranyakashipu a un fils, Prahlada, qui est dévoué à Vishnou et lorsque Hiranyakashipu veut le sacrifier, Vishnou vient sous la forme d'un sauvage Homme-Lion pour vaincre le démon mystique. Mais après avoir vaincu le monstre, le féroce Homme-Lion ne peut plus être arrêté. Seul le dévoué Prahlada peut arrêter l'aspect bestial.

  • Tretā Yuga
Le Second Âge, Ere de la Triade, est notamment l'époque de trois avatars humanoïdes de Vishnou, dont le héros Rāma.

5. Vamana, le Nain.

Le démon Daitya Bali était le fils de l'asura Virochana et le petit-fils de Prahlada (voir le 4e Avatar). Il était un grand ascète et fit un grand sacrifice pour vaincre Indra et les Devas. Vishnou devint alors un Nain brahmane et demanda à Bali de lui accorder comme territoire l'espace qu'il pourrait franchir en trois pas. Bali, qui était hospitalier, l'accepta mais les trois pas de Vamana enveloppèrent toute la Terre, les Cieux et au-delà. Bali reconnut sa défaite et se mit sous le troisième pas. Vishnou remercia le charitable Bali en lui accordant un des enfers, Patala, où vivent des Asura moraux.

6. Parashurama, Rama à la Hache.

Le 6e Avatar sert à rétablir la hierarchie des Classes, contre la domination des Brahmanes par les Kshatriya. Parashurama naquit comme le fils d'un sage brahmane, Jamadagni mais il avait hérité des pouvoirs d'un kshatriya et appris les arts martiaux auprès de Shiva comme un Moine-Guerrier. Jamadagni avait hérité de la Vache céleste Surabhi issue du Barattage la Mer de Lait (voir le 2e avatar). Le roi Kartavirya Arjuna, de la classe Kshatriya, vint lui voler la Vache. Parashurama récupéra la Vache et tua le Roi mais les princes tuèrent alors Jamadagni. Alors Parashurama, furieux, massacra tous les Kshatriya de sa hache et il fallut du temps pour que la classe chevaleresque se recrée.

Parashurama a aussi créé la côte du sud-ouest de Bharatavarṣa (Konkan, Karnataka et Kerala) en taillant l'océan de Varuna de sa hache. Il enseigna les arts martiaux à de nombreux héros qui ne sont pas membres de la classe kshatriya comme le brahmane Drona et le suta Karna pendant le Dvāpara Yuga, puisqu'il vit toujours.

7. Rāma, Shri Ramachandra.

Rama est considéré comme l'un des plus grand Avatar de Vishnu et comme l'Homme Parfait.

Le Roi Dasaratha (dynastie solaire) d'Ayodhyā, capitale de Kosala, fit un grand sacrifice pour obtenir des enfants. Il eut quatre fils de ses trois femmes, dont son favori Rama, qui avait la couleur bleue-nuit, signe qu'il était un Avatar de Vishnu. Rama gagna la main de Sita pendant un rituel de svayamvara où il brisa l'Arc de Shiva, ce qui intimida même Parashurama, le 6e Avatar, qui le reconnut comme supérieur. Mais ensuite la mère de Bharata, un de ses frères, obtient de Dasaratha qu'il exile Rama pour 14 ans dans la forêt. C'est alors que le démon invincible Ravana, roi de l'île de Lanka, enlève Sita. Avec l'aide des singes Vanara et de leur mage Hanuman, Rama arrive sur Lanka et terrasse Ravana, délivrant l'univers - il fait ensuite passer à Sita une ordalie du Feu sacrificel pour prouver sa pureté. Il revint à Ahyodhya où il règna jusqu'à la fin de cet Âge.

  • Dvāpara Yuga
Le Troisième Âge, "Âge du Double" est l'époque actuelle dans le jeu Bharatavarṣa, marquée par la Guerre entre les nations humaines (notamment le conflit entre les Kaurava et leurs cousins les Pandava pour le royaume de Kuru) et le 8e avatāra de Vishnu, Krishna. On dit que lorsque Krishna mourra commencera le quatrième Âge, Kali Yuga, l'Âge Sombre, et ce sera la fin des épopées héroïques.

8. Krishna Vāsudeva (le Sombre).

Le roi Vasudeva, fils de Śũrasena, de la lignée des Yadava, règne sur le royaume de Dvaraka, à l'ouest sur le Sindhu. La soeur de Vasudeva, Kunti, est la mère des Pandava. Vasudeva épousa Devaki, soeur du roi Kamsa de Mathura mais Kamsa apprit que le fils de Devaki la tuerait. Il emprisonna Devaki et tua ses sept premiers enfants. Le 8e fut Krishna (qu'on nomme aussi d'après son père Vāsudeva), qui fut éloigné et élevé comme un garçon vacher. Par une autre femme, Vasudeva eut Balarama qui est aussi une incarnation d'un aspect de Vishnu, le serpent Ananta Shesha (qu'on compte parfois comme un 9e Avatar). Krishna revint à Mathura et tua son oncle Kamsa. Il épousa plusieurs femmes dont Rukmini, fille de Bhishmaka, roi de Vidarbha. Krishna eut de multiples aventures contre les démons, notamment quand il délivra son fils Pradyumna et son petit-fils Aniruddha, séquestré par le roi démon Bana, fils de Bali (voir 5e Avatar). Maintenant que la Guerre entre les Pandava et les Kaurava va éclater, quel parti prendra le Seigneur de Dvaraka entre les deux branches de ses cousins ? Une prophétie dit qu'il agira de manière juste mais qu'il y laissera la vie.

Dynastie lunaire de Soma Chandra
Dushyanta
Bharata

Chapitre 6 Description du monde de Bharatavarṣa

Dvaraka
A l'extrême ouest, cité dirigée par le Seigneur Krishna, 8e Avatar de Vishnou et plus grand héros mortel de tout Bharatavarsa.

République (Gana / Sangha) de Kamboja
Assemblée républicaine au nord de Gandhara. Leur capitale est Rajapura (la cité des Rois). Ils envoient des mercenaires dans les royaumes aryens. Ils ont en effet une aristocratie kshatriya mais plus de Brahmanes, ce qui fait qu'ils sont méprisés par les royaumes qui respectent le Dharma et qui les considèrent comme des barbares dignes d'être des Shudras.

Royaume de Kalinga
Le Kalinga est un royaume sur la côte oridentale, à l'embouchure des fleuves Mahanadi et Vaitarani. Il y a de nombreux monarques et les métropoles principales sont Rajapura (cité des rois, comme dans la République de Kamboja) et Dantapura. Le pays a été conquis par le héros à l'origine obscure Karṇa pour le roi Duryodhana.

Royaume de Kosala
Capitale : Ahyodhya
La dynastie solaire de Raghu et du héros Rama y règne.

Royaume de Kuru
Principal puissance de Bharatavarsa. Les autres Etats sont souvent des alliés ou des vassaux.
Hastinapura (Cité des Eléphants) : Cité sur la Ganga, capitale du royaume de Kuru, actuellement contrôlée par les Kaurava.
Indraprastha : sur l'Ouest du Royaume de Kuru, sur la rivière Yamuna. Elle a été construite par l'architecte divin Viśvákarman lui-même pour les frères Pandava.

Mahisha
Le royaume à l'ouest était dirigé par un puissant Asura à corps de buffle nommé Mahisha, du clan des Danava. Il ne pouvait être tué par un homme ou par un dieu et il fut finalement vaincu avec son armée de Daityas par la Déesse Durga, aidée de Skanda Mahasena. C'est encore aujourd'hui un royaume barbare qui ne pratique pas le Dharma.

Matsya
Royaume au sud de Kuru et à l'ouest de la Yamuna et du Panchala. Le nom signifie "poisson" en sanscrit. C'est une nation de pêcheur sur la rivière Saraswati. Le roi s'appelle Virata et est un allié des Pandava du Kuru. Sa fille Uttara a épousé Abhimanyu, fils d'Arjuna et neveu de Krishna. C'est de Matsya que viennent la nymphe Satyavati, aïeule de la Maison royale de Kuru, et surtout son fils, le plus illustre sage Vyāsa, scribe des Veda et auteur des épopées.
Viratanagari : Capitale.

Panchala
Royaume à l'est de Kuru, dans la même vallée entre les fleuves Yamuna et Ganga.
Il a la particularité d'avoir été divisé en deux, le Royaume de Panchala-Sud et Panchala-Nord, dirigée par un Brahmane.
Le roi Drupada Yajnasena est le père du stratège Dhristadyumna et de Draupadi, l'épouse des Cinq Frères Pandavas qui l'ont gagnée grâce à Arjuna dans un Svayamvara. Son fils Shikhandi est la réincarnation d'Amba, une femme qui a juré de tuer l'invincible Bhisma de Kuru.
La capitale du nord est Ahichatra.
Le Brahmane Drona et son fils Ashwatthama, règnent sur cette partie mais prêtent allégeance aux Kuru.
La capitale du sud est Kampilya. C'est là que règne Drupada.
D'autres cités importantes sont Kanhiyapura et la splendide Kāśī (Vārāṇasī), la cité des Temples sur la Ganga.

Vatsa
Royaume de la plaine du Gange. Le roi a échoué pendant le Svayamvara de la princesse de Panchala.
Capitale : Kausambi.


Chapitre Créatures

Acheri : fantôme d'une petite fille mort de maladie et qui transmet la peste.
Apsaras
Asura
Bhuta : esprits
Cheval
Dâkinî
Dund (Skandhahata) : fantôme sans tête.
Eléphant
Ghandarva
Gramadevata
Jalpari : esprit maléfique féminine des eaux
Makara
Maruts
Naga et Sarpa
Nivata-Kavacha : Géants des mers
Panchajama : Pieuvre géant vivant dans une conque
Preta : fantômes minuscules et difformes, qui peuvent posséder des corps morts.
Rakshasha
Sarameyas : deux Chiens à 4 yeux qui gardent le domaine de Yama.
Serapendya : oiseau à tête d'éléphant.
Tigre
Vetala : Vampire.
Vidyadhara : esprits polymorphes bénéfiques, qui apparaissent souvent comme des Cygnes. Elles s'unissent parfois aux humains.
Yaksha
Yech : petits esprits farceurs qui aime égarer les voyageurs.

Personnages célèbres

Bhisma
Drona
Duryodhana
Karna
Krishna
Les 5 Pandava (Pāṇḍavaḥ) : Yudhishtira, Bhima, Arjuna, Nakula et Sahadeva
Vidura
Vyasa

Bibliographie

Le Mahābhārata, GF, 2 volumes (édité par Madeleine Biardeau, traduit Jean-Michel Péterfalvi), 1985.
Alain Daniélou, Mythes et dieux de l'Inde. Le polythéisme hindou, Champs-Flammarion, 1992.

Source : http://anniceris.blogspot.fr/2008/01/bhratavara.html
Lire également les articles associés sur le thème Bhāratavarṣa  par le même auteur Phersv

lundi 25 juin 2012

Le blog disponible en livre

Le blog "Juste mon opinion" est désormais disponible au format livre chez l'éditeur à la demande Lulu.com :
- année 2007 (couverture souple, 62 pages)
- et année 2008 (couverture souple, 131 pages)

Dans les prochains mois, les années suivantes seront également éditées.

jeudi 21 juin 2012

Le sportif le mieux payé de l'année

Le boxeur américain Floyd Mayweather a dépassé son compatriote golfeur Tiger Woods au rang de sportif le mieux rémunéré du monde en 2011, selon l'enquête annuelle du magazine Forbes...


Avec 85 millions de dollars (67,5 millions d'euros) récoltés en 2011 en deux combats, Mayweather a bien assumé son surnom de «Money» (argent). L'Américain purge actuellement une peine de trois mois de prison pour violences domestiques.

Il devance un autre boxeur, Manny Pacquiao (2e), sur la liste des 100 sportifs les mieux payés communiquée lundi par Forbes. L'icône des Philippines, qui vient de perdre contre l'Américain Tim Bradley dans des conditions très controversées, a encaissé 62 millions de dollars (49 millions d'euros) l'an dernier.

Le golfeur Tiger Woods détrôné mais toujours sur le podium

Alors qu'il dominait le classement de Forbes depuis 2001, Tiger Woods a chuté à la troisième place avec 59,4 millions de dollars amassés l'an dernier, soit 16 millions de moins que l'année précédente et moitié moins qu'au sommet de sa gloire, en 2009, avant que le scandale de ses infidélités conjugales ne détruise son mariage et fasse fuir nombre de ses parraineurs.

Le reste du Top 10 : 2 basketteurs, 1 tennisman, 1 golfeur, 2 footballeurs et 1 footballeur US

La vedette de Miami LeBron James, qui dispute actuellement la finale NBA avec son club contre Oklahoma City, se classe au 4e rang avec 53 millions de dollars. Il est le premier des 13 basketteurs présents sur la liste de Forbes, qui comprend 30 footballeurs américains et seulement deux femmes, la joueuse de tennis Maria Sharapova (26e), dont la récente victoire à Roland-Garros lui a permis de signer un Grand Chelem en carrière, et celle qu'elle a remplacée au palmarès des Internationaux de France, la Chinoise Li Na (81e), qui était devenue il y a un an la première asiatique à remporter un Grand Chelem.

LeBron James, néo-actionnaire du club anglais de football de Liverpool, est talonné par le Suisse Roger Federer (5e), vainqueur de 16 tournois du Grand Chelem en tennis (52,7 millions de dollars) et par une autre star de la NBA, Kobe Bryant (6e) (52,3 millions de dollars).

Viennent ensuite le golfeur américain Phil Mickelson (7e) (47,8) et le premier joueur de football de la liste, l'Anglais David Beckham (8e) (46), sacré champion de MLS (Championnat nord-américain) l'an dernier avec les Los Angeles Galaxy.

La vedette portugaise du Real Madrid Cristiano Ronaldo (9e) (42,5) arrive derrière Beckham mais il est le sportif le mieux payé du monde si l'on prend en compte le seul salaire versé par son employeur (20 millions de dollars).

Peyton Manning, quarterback des Broncos de Denver a encaissé 42,4 millions de dollars. Il est le 10ème sportif le mieux payé et le premier des joueurs de football américain.

A quand un choc entre Mayweather et Pacquiao ?!

Les deux sportifs les mieux payés de la planète sont des boxeurs et en plus de catégories voisines ! A quand la rencontre la plus rémunératrice possible ?

Floyd Mayweather a remporté les 22 championnats du monde professionnels qu'il a disputés entre 1998 et 2012, dont  11 avant la limite, s'adjugeant au passage 7 titres mondiaux dans 5 catégories de poids différentes; des -58,967 kg aux -69,853 kg.

Manny Pacquiao n'a pour sa part remporté "que" 16 des 20 championnats du monde disputés, dont 11 avant la limite, avec 2 matchs nuls et 2 défaites (la dernière étant plus que contreversée), entre 1998 et 2012, mais il a surtout établi le record du nombre de catégories de poids dans lesquelles il a été couronné : 8 ! Titré chez les -50,802 kg en 1998, il a grimpé avec succès jusqu'aux -69,853 kg en 2010 !

Citation de Winston Churchill

Une courte citation de Winston Churchill qu’il conviendrait de méditer en ces temps où il est de bon de vilipender les chefs d’entreprise et créateurs de richesse :

“On considère le chef d’entreprise comme un homme à abattre, ou une vache à traire. Peu voient en lui le cheval qui tire le char”.

http://oeildustratege.wordpress.com/2012/06/20/citation/

lundi 18 juin 2012

Les saisons et les mois hindous (éléments pour le jeu de rôles "Bharatavarsa")

Le Manuel sur l'Inde classique de Louis Renou et Filliozat, ainsi que le Dictionnaire de la civilisation indienne de Louis Frédéric apportent des informations sur le calendrier hindou.

Dans le Dvapara Yuga épique et le Kali Yuga antique, on ne divise pas le jour en 24 heures mais en 60 ghadiya (un ghadiya fait donc environ 24 minutes).

L'encyclopédie Wikipédia indique que les saisons hindoues sont au nombre de 6 (ritu) au lieu de 4, en raison notamment de la Mousson, Saison des pluies, Varsha, à la fin de l'été. Il y a 12 mois lunaires (mâsâ) (Louis Frédéric décale légèrement les mois : le premier, chaitra (au printemps), est mis comme plutôt mars-avril. :

No.    Ritu    Saison     Mois sanskrit          Equivalent grégorien

1    hemanta   pré-hiver  margashîrsha et pausha    décembre-février.

2    shishira     hiver         mâgha et phâlguna             février-avril

3    vasanta     printemps chaitra à vaishâkha           avril-juin

4    grîshma     été             jyeshtha et âshâdha            juin-août

5    varsha       mousson  shrâvana à bhâdrapada    août-octobre.

6    sharat        automne  âshvîyuja à kârtika            octobre-décembre


Extrait du blog Anniceris, article http://anniceris.blogspot.fr/2008/01/designers-notes.html

dimanche 17 juin 2012

Comment devient-on empereur du Saint-Empire Romain Germanique ?

Il faut d'abord être élu roi de Germanie par 7 princes héritiers des anciens duchés : les archevêques de Mayence, Trèves et Cologne, le roi de Bohême, le palatin du Rhin, le duc de Saxe-Wittenberg et le margave de Brandeburg.
Le roi de Germanie a droit au titre de roi des Romains.
Il doit ensuite être couronné empereur par le pape et reçoit alors les couronnes d'Italie et de Bourgogne.
Le rôle des princes et du pape est donc déterminant dans le choix des empereurs et l'on comprend l'acharnement de ceux-ci à intervenir dans le choix du souverain pontife.
Le système électif est atténué toutefois par le "droit du sang" qui, jusqu'au XIIIème siècle, limite la succession à trois familles. Par ailleurs, plusieurs empereurs ont, de leur vivant, fait élire leur propre fils.


samedi 16 juin 2012

Annicéris

Annicéris fut un philosophe de l'école cyrénaïque, actif à Alexandrie au IVe siècle avant J.-C. Disciple d'Aristippe de Cyrène, il plaçait le souverain bien dans le plaisir, mais en recommandant la recherche des jouissances intellectuelles et morales.
Un autre Annicéris, ami de Platon, racheta ce philosophe vendu comme esclave par Denys le tyran.

Anniceris, c'est aujourd'hui le blog d'un internaute au pseudonyme de Phersv, qui prodigue une mine d'informations sur la littérature de science-fiction, celle de fantasy, les comics et surtout les jeux de rôles ! Un véritable érudit.

Le proverbe en italien qui sert de sous-titre à ce blog est : ""Se non è vero, è ben trovato", "S'il n'est pas vrai, il est bien trouvé" (d'après la traduction Google).
On peut également retrouver Phersv (phersv) sur Twitter

Plusieurs articles seront prochainement publiés sur mes propres blogs, Juste mon opinion ou Calypso 1577, directement à partir d'extraits d'Annicéris, de Phersv.
J'en ai commencé la lecture de son contenu en regardant les libellés par ordre alphabétique; et en m'attardant notamment sur le thème Bhāratavarṣa ... A suivre car ce n'est qu'un début !

L'auteur semble être un enseignant, professeur de philosophie, qui signait précédemment ses articles avec le pseudonyme Phersu. Voir sur le site http://phersu.20six.fr/

Le pseudonyme lui-même est un bel exemple de culture historique et ludique puisque le jeu de Phersu est d'origine étrusque et a inspiré les futurs combats de gladiateurs.


Voir également Magna Con Phersu

jeudi 14 juin 2012

Palmarès de nos « politiques »

 

Michel Fontaine Sénateur-Maire UMP de Saint-Pierre
Condamné pour détournement ou destruction de biens d’un dépôt public et atteintes à la liberté d’accès et à l’égalité des candidats dans les marchés publics http://www.zinfos974.com/Proces-de-la-Civis-Retrouvez-toutes-les-condamnations_a28181.html

 
Gilbert Annette Maire PS de Saint-Denis
Condamné pour corruption dans des procédures de marchés publics à la ville de Saint-Denis http://www.mi-aime-a-ou.com/gilbert_annette.php

 
Pierre Vergès Conseiller Général PCR du Port
Condamné pour soustraction, destruction, enlèvement de pièces remises en un dépositaire public http://www.liberation.fr/france/0101151722-dix-huit-mois-ferme-pour-un-ex-maire-de-la-reunion-pierre-verges-a-ete-reconnu-complice-de-fraude

 
André Thien Ah Koon Conseiller Général Divers Droite du Tampon
Condamné pour prise illégale d’intérêt et abus de biens sociaux
 http://fr.wikipedia.org/wiki/Andr%C3%A9_Thien_Ah_Koon

 
Nassimah Dindar Présidente Centriste du Conseil Général
Spécialiste de la casse sociale: 1 200 licenciements à l’ARAST. A titre de comparaison, c’est comme si en métropole on virait 100 000 personnes d’un coup
 http://www.zinfos974.com/La-verite-sur-la-faillite-de-l-Arast_a35946.html

 
Huguette Bello Députée-Maire PCR de Saint-Paul
Mentalité très suspecte et décriée par ses propres alliés politiques
 http://www.linfo.re/-Politique-/Reactions-de-la-classe-politique-au-derapage-d-H-Bello?ps=388325

http://ensemble-lesite.fr/?page_id=445

lundi 11 juin 2012

Taux d'abstention record et score "à la Poutine"

Du jamais vu sous la Vème République. Cinq semaines après une forte mobilisation pour le second tour de l’élection présidentielle, les électeurs français ont boudé les législatives ce dimanche 10 juin 2012, et le taux d’abstention au niveau national s’élève à 42,77 % au premier tour.

A La Réunion, le taux d’abstention a atteint 53,09 %. Ce désintérêt des électeurs pour les législatives en viendrait presque à dévaloriser le rôle de l'Assemblée nationale à laquelle sont pourtant soumises toutes les lois.

Dans la 2ème circonscription de la Réunion, la députée-maire Huguette Bello en profite pour être réélue dès le 1er tour avec 67,14 % des votes exprimés ! Un score "à la Poutine" qui n'est pas sans rappeler que le Conseil d’Etat avait prononcé l’annulation des élections municipales à Saint-Paul en août 2009. Le scrutin avait été remporté en mars 2008 par la même communiste Huguette Bello, alors opposée au maire sortant UMP Alain Bénard, grâce à quelques centaines de signatures falsifiées ...

Sources :
http://www.ipreunion.com/reportage.php?id_reportage=16027&id_rubrique=02
http://reunion.orange.fr/news/reunion/annulation-des-municipales-de-saint-paul,540076.html

jeudi 7 juin 2012

L'Institut pour la Justice contre la décision de la nouvelle ministre de la Justice Christiane Taubira

Madame, Monsieur,

La nouvelle ministre de la Justice Christiane Taubira a annoncé que sa priorité est de supprimer les tribunaux correctionnels pour mineurs récidivistes. Si elle passe à l'acte, les violences commises par les mineurs délinquants, qui ont déjà augmenté de 575 % en France depuis 19901, risquent de connaître une nouvelle flambée. C'est pourquoi je vous invite à signer d'urgence la pétition ci-dessous, pour demander au gouvernement de renoncer à supprimer les tribunaux correctionnels pour mineurs récidivistes.

Nous pouvons l'obtenir car :
- cette mesure ne figurait nulle part dans le programme officiel du candidat François Hollande;
- nous sommes en pleine campagne pour les élections législatives, et aucun parti ne peut se permettre de promouvoir des réformes fortement impopulaires;
- ce message a été envoyé à 1,7 millions de personnes, et nous pouvons déclencher un tsunami de pétitions si nous agissons tous maintenant.

On imagine parfois que les « mineurs délinquants » sont des petits garnements qui se font surprendre par un policier alors qu'ils viennent de voler une pomme à l'étalage, de casser une vitre en jouant au ballon, ou de faire des graffitis. Dans le pire des cas, on les voit voler une mobylette, arracher son sac à main à une vieille dame, cracher sur un passant. Eh bien cette vision des choses est totalement dépassée, et si vous la présentiez à un surveillant travaillant dans un centre pour « mineurs délinquants », il vous rirait au nez devant tant de naïveté.
Car voici les faits: Les mineurs ne représentent que 5 % de la population française, mais ils sont actuellement responsables2 de :
-    25 % des viols et agressions sexuelles
-    27 % des vols avec arme
-    34 % des cambriolages
-    35 % des vols de voiture
-    41 % des viols sur mineurs
-    44 % des incendies volontaires
Le jeune Matthieu qui avait avoué avoir violé et brûlé la petite Agnès, 13 ans, à l'automne dernier était un mineur.
Quelques mois avant ce crime abominable, il avait attiré une autre victime dans la forêt, où il l'avait ligotée, bâillonnée, puis violée avec des objets et sous la menace d'une arme.
Arrêté par la Police, il fut remis en liberté au bout de 4 mois par la Justice, sous prétexte qu'il était mineur, et fut autorisé à intégrer un internat mixte, fréquenté par de toutes jeunes filles. Il ne tarda pas à commettre un nouveau crime, toujours sous son statut de « mineur » (il a 17 ans) !
Dans le journal Le Progrès, le 2 février, vous pouviez lire qu'à Lyon, en pleine journée en centre ville, trois mineurs ont violé une fille de 15 ans. Ils ont eux aussi, été immédiatement remis en liberté, parce qu'ils étaient « mineurs ».
Peut-être avez-vous répondu à l'appel de Joël Censier, ce policier dont le fils Jérémy a été sauvagement assassiné par une bande. Eh bien, dans ce cas aussi, celui qui a fait preuve de la plus grande sauvagerie, qui s'est acharné à coups de poignards sur le corps de ce jeune garçon innocent, c'était un « mineur » !!!
C'est à ce type de cas que vous risquez d'être confronté si vous avez vous aussi un jour le malheur de croiser la route d'un de ces « mineurs délinquants ».

Une hausse à trois chiffres
Je vous disais que, entre 1990 et 2009, le nombre de mineurs mis en cause pour crimes et délits contre des personnes en France a augmenté de 575 %.
De toutes les catastrophes qui s'abattent sur notre pays, c'est donc celle qui s'amplifie avec le plus de violence.
L'évolution la plus inquiétante concerne les viols et agressions sexuelles : ces crimes ont diminué chez les plus de 18 ans mais ne cessent d'augmenter chez les mineurs.
Les violences commises par les mineurs sur les forces de l'ordre et les pompiers, elles, ont doublé entre 2003 et 20083.
Ces chiffres, je les donne pour faire taire définitivement les démagogues qui, quand on parle de criminalité des jeunes, expliquent que « la jeunesse a toujours été turbulente ». Non, ce que nous subissons dans notre pays n'est ni anodin, ni habituel. Par son ampleur et sa gravité, c'est un phénomène sans précédent historique.

Une évolution parfaitement prévisible
Et pourtant, lorsque vous êtes sur le terrain, comme les experts de l'Institut pour la Justice, vous constatez que cette évolution est parfaitement normale : elle est la conséquence directe du criminel laxisme dont font preuve les autorités publiques vis-à-vis des mineurs.
Dans deux cas sur trois, lorsque la police arrête un mineur, la Justice décide de ne pas engager de poursuites. Le jeune est renvoyé dans la rue.
Ensuite, lorsqu'un jugement se met en route, et que la culpabilité du jeune est prouvée et déclarée par le tribunal, aucune sanction réelle n'est prononcée dans plus de la moitié des cas :
Sur les 54000 condamnations prononcées en 20094:
-13000 mineurs ont bénéficié d'un sursis total ;
- 15 000 mineurs ont reçu une simple « admonestation » du juge (cela veut dire concrètement que le juge leur demande de ne pas recommencer) ;
- Et 5 000 mineurs se sont simplement vu « remettre aux parents » (ce qui est considéré comme une « sanction » par la Justice).

L'illusion des « Travaux d'Intérêt Général »
On parle beaucoup des « Travaux d'Intérêt Général », comme s'il s'agissait de la panacée. La réalité, c'est que pour beaucoup de juges, condamner un jeune à des « travaux d'intérêt général » est encore trop dur. Dans leur esprit, cela s'apparente à du « travail forcé » qu'il faut éviter.
Résultat, les « peines » de travail d'intérêt général ne concernent que 3 000 jeunes chaque année5 (sur 215 000 arrestations !).
Il n'est pas étonnant, dans ces conditions, que plus d'un mineur sur deux « condamné » par la Justice récidive, le plus souvent juste après sa condamnation6.

La réalité des « prisons » pour mineurs
Si vous êtes surpris par ces informations, continuez à lire. Ce que vous avez lu n'est rien à côté de ce que je vais maintenant vous révéler sur les fameuses « prisons pour mineurs ».
Aujourd'hui en France, 800 mineurs sont en prison. On en fait beaucoup de cas dans les médias, où ils sont présentés comme des sortes d'enfants perdus, des « victimes de la société », dont personne n'a su, ou pu, prendre soin.
Là aussi, la réalité est tout autre :
Les « établissements pour mineurs » sont, de l'avis de tous les surveillants de prison, les prisons les plus difficiles à gérer, loin devant les prisons pour majeurs.
« Surveillants agressés, tentatives d'évasion, prises d'otage » y sont fréquents, et se multiplient, comme la presse l'a rapporté récemment (Le Figaro du 4 mai 2011).
Le problème n'est absolument pas la surpopulation carcérale : ces établissements sont au tiers vides.
Le problème est que, dans ces établissements, les mineurs jouissent d'une impunité inimaginable pour une personne de l'extérieur :
Les éducateurs et surveillants n'ont aucun moyen d'exercer leur autorité : pour obtenir une sanction même minime, comme la privation de télévision pendant un jour ou deux, il est obligatoire de réunir une commission de discipline (ce qui prend plusieurs jours) devant laquelle le mineur est obligatoirement assisté d'un avocat !
Un nouveau rapport du Sénat révèle7 que :

« Un mineur qui dévaste toute sa cellule ne peut pas être placé en cellule de punition ». De même, un  « mineur qui, à table, lors du repas du soir, se lève, injurie ses pairs et jette sur le mur son assiette de nourriture, ne peut en théorie être puni immédiatement de travaux de nettoyage, voire d'une privation de télévision pour la soirée. »

Autre problème : comme les surveillants n'ont pas le droit de les fouiller au corps, tout un trafic de drogue se développe en toute impunité. Dans un rapport réalisé pour le ministère de la Justice, un surveillant explique : « aujourd'hui, tous les détenus mineurs, ils sont au parloir et hop, ils se mettent le truc dans l'anus, voilà »8.
Mais le moment où la politique publique vis-à-vis des mineurs délinquants devient une insulte à la figure du citoyen de base, c'est lorsque vous prenez connaissance de certains traitements de faveur dont ils bénéficient, au nom de leur « réinsertion ».

« On est en train de leur donner des goûts de luxe »
Les mineurs incarcérés bénéficient d'activités dont ne pourraient même pas rêver la plupart des adultes et enfants vivant à l'extérieur.
Les employés de l'administration pénitentiaire eux-mêmes ont dénoncé récemment le scandale des « ateliers de bien-être » pour les jeunes criminels :

« Une esthéticienne vient deux fois par mois leur faire des papouilles sur le visage. Vous et moi, on ne peut pas forcément s'offrir ça à l'extérieur. On est en train de leur donner des goûts de luxe. » Ils ont tous droit à la télévision, à des consoles de jeux vidéos. Dans les « centres éducatifs fermés », ils ont aussi accès, gratuitement, à des activités comme le kayak, la piscine, ou le golf10.

Un rapport officiel paru en 200411 donnait des exemples de séjours à l'étranger qui durent au moins 3 mois : raids en Finlande à ski de fond et traîneaux, voyage au Canada (région du lac Saint-Jean), marche dans le Haut-Atlas ou séjour au Sénégal (parmi les activités : visites, safari, balades en pirogue). Parfois, cela tourne mal, comme le précise le rapport :

«Partis de Martinique sur deux catamarans, les mineurs et les personnels éducatifs avaient abordé en Haïti. Sur place, l'un des mineurs s'est rendu coupable de vols, port d'arme prohibé, menaces à agents de la force publique et incendie volontaire d'un bâtiment administratif» Car évidemment, ces cadeaux ne leur rendent pas service. Au contraire, ils renforcent leur sentiment de toute-puissance, et les rendent encore plus violents.

Des méthodes qui rendent les jeunes encore plus violents
Un rapport réalisé par des chercheurs du CNRS, et rendu public en avril 2012 révèle à quel point les jeunes placés en Centre Educatif Fermé sont dans « un affrontement permanent avec les adultes », avec des récits « ponctués de situations d'insultes, de menaces et d'agressions envers eux » : «Ainsi telle éducatrice nouvellement arrivée précise que
« pendant les 15 premiers jours, j'ai oublié mon prénom parce qu'ils m'appelaient tous "sale pute" à longueur de temps. »

Car de toute façon, il est interdit aux éducateurs d'avoir le moindre contact physique avec les mineurs délinquants, y compris pour récupérer un objet volé. Il suffit que les jeunes gardent l'objet sur eux et ils ne peuvent rien faire :
«On peut faire des fouilles dans les chambres pour tenter de les récupérer mais si c'est caché sur eux, on ne peut pas les fouiller à corps. (...) on appelle la gendarmerie qui intervient, ne serait-ce que pour un recadrage. A la gendarmerie, certains ne comprenaient pas pourquoi on les faisait intervenir aussi souvent»

Même le fait d'empêcher un mineur de s'évader de ces «Centres Educatifs Fermés» est impossible. Dans le même rapport, il est expliqué que :
«La politique du CEF le Marcellat consiste à ne pas opposer d'entrave physique aux tentatives de sorties illicites des jeunes. Si le franchissement de la porte est constaté par un membre du personnel éducatif, celui-ci pourra suivre le jeune pour tenter de le convaincre de retourner au Centre. Dans le cas contraire, la gendarmerie est contactée.»

Il y a seulement quelques jours, le 31 mai 2012, on apprenait à nouveau qu'un centre éducatif fermé avait été totalement vandalisé par ses occupants, à Combs-la-Ville. Sans surprise, les éducateurs présents sur les lieux, n'ont rien pu faire. Voici ce qu'a rapporté la presse :
«Vers 0h30 dans la nuit de mardi à mercredi, les sept mineurs délinquants multirécidivistes placés au centre éducatif fermé (CEF) de Combs-la-Ville ont saccagé leur établissement.« Ils l'ont tagué, ils ont cassé les vitres des chambres et des cuisines, dont certaines étaient en double, voire triple vitrage... décrit Jean-Michel Tavan, directeur de l'Association de sauvegarde de l'enfance et de l'adolescence (Adsea 77), qui gère le site. C'est monté en puissance, avec une dynamique de groupe. La situation devenant trop risquée, le nouveau directeur a décidé d'appeler la police. Heureusement, les jeunes ne s'en sont pris qu'au matériel, pas au personnel. »
Et c'est pourquoi je vous pose la question : est-ce vraiment le moment de supprimer les tribunaux correctionnels pour mineurs, qui ont été créés en 2011 pour apporter davantage de fermeté vis-à-vis des récidivistes de 16 à 18 ans ?
Faut-il considérer, comme semble le faire la nouvelle ministre de la Justice Christiane Taubira, que ces jeunes ne sont après tout que de « grands enfants », qu'il ne faut surtout pas les juger dans des tribunaux qui risqueraient de les sanctionner à la mesure de la gravité de leurs actes ?
Auriez-vous le sentiment que la situation actuelle est encore trop « ferme » vis-à-vis d'eux, et que réduire encore (si c'est possible) les possibilités de sanctionner les mineurs délinquants serait un service à leur rendre ?
Ou choisiriez-vous au contraire de taper du poing sur la table, et de faire preuve, enfin, d'un peu de responsabilité et de fermeté face à cette situation absurde, ne serait-ce que pour protéger des jeunes filles et des citoyens innocents ??
Dans quelques jours auront lieu les élections législatives : c'est le moment où les élus sont le plus à l'écoute de la population et le moment idéal pour obtenir de la garde des Sceaux qu'elle renonce publiquement à son projet.
Si nous ne déclenchons pas aujourd'hui un mouvement de protestation massif contre la suppression des tribunaux pour mineurs délinquants, le gouvernement n'en fera qu'à sa tête dès que les élections seront passées.
En revanche, si nous agissons tous ensemble maintenant, nous pouvons être entendus.
Encore une fois, ce message a été envoyé à 1,7 millions de citoyens, ce qui peut avoir un impact considérable si nous sommes nombreux à participer, en cliquant ici pour envoyer votre pétition signée à Christiane Taubira.
Ce type d'occasion ne se présente pas souvent.
Si vous relayez ce message auprès de vos proches, et si tout le monde fait de même, l'effet de notre mobilisation en sera encore décuplé.

Je compte sur vous,

Laurence Havel
Institut pour la Justice

PS : pour signer la pétition, cliquer ici:
petitions.institutpourlajustice.com/mineurs_recidivistes
                                          
1 « Etude d'impact au projet de loi sur la participation des citoyens au fonctionnement de la justice pénale et le jugement des mineurs » , 2011, page 71
2 « Etude des caractéristiques de sexe et d'âge des auteurs de crimes et délits à partir d'une approche 'multi-sources' » , Observatoire national de la délinquance, Grand Angle n°27, Novembre 2011, pages 28-32
3 « Rapport annuel 2009 » , Observatoire national de la délinquance
4 « Annuaires statistique de la Justice 2011 » , section « Condamnations de mineurs selon le type d'infractions »
5 « Annuaires statistique de la Justice 2011 » , section « Condamnations de mineurs selon le type d'infractions »
6 « La réitération d'infraction après condamnation des mineurs » , Direction de l'Administration générale et de l'Équipement, 2007, page 5
7 « Enfermer, éduquer : quel bilan pour les centres éducatifs fermés ? , » Rapport du Sénat, 2011, page 66
8 « Les établissements privatifs de liberté pour mineurs : entre logiques institutionnelles et pratiques professionnelles  » , Nathalie Gourmelon (CIRAP), Francis Bailleau (Cnrs), Philip Milburn (Univ. St-Quentin en Yvelines), page 301.
9 « Les établissements privatifs de liberté pour mineurs  » , op. cit., page 202
10 « Les établissements privatifs de liberté pour mineurs  » , op. cit., page 47
11 « Mission sur les séjours de rupture à l'étranger  » , Inspection générale des services judiciaires; Inspection générale des affaires sociales, Juillet 2004
12 « Mission sur les séjours de rupture à l'étranger   » , page 27.
13 «  Les établissements privatifs de liberté pour mineurs   » , op. cit., page 50
14 «  Les établissements privatifs de liberté pour mineurs   » , op. cit., page 53
15 «  Les établissements privatifs de liberté pour mineurs   » , op. cit., page 55
16 «  Le Parisien   » , 31 mai 2012

Institut pour la Justice


Institut pour la Justice - 140 bis, rue de Rennes - 75006 Paris
www.institutpourlajustice.com - www.publications-justice.fr
Si vous ne désirez plus recevoir notre lettre d'information, cliquez-ici

mercredi 6 juin 2012

1m80, 110kg

Le livre Le meilleur combattant de tous les temps offre une description physique du meilleur pancratiaste de l'Histoire : Dorios fils de Diagoras, de Rhodes. Issu d'une famille de pugilistes (son père et l'un de ses frères furent vainqueurs olympiques en pugilat) et de pancratiastes (son frère aîné fut double vainqueur olympique en pancrace), il possédait les qualités d'un boxeur et le physique d'un lutteur avoisinant 1m78 pour 109kg. Sa domination absolue s'étendit sur 15 années durant lesquelles il remporta 3 titres olympiques, 4 pythiques (pratiquement aussi prestigieux), 8 isthmiques et 7 néméens.

Parmi nos contemporains, celui qui s'approche le plus de Dorieos de Rhodes n'est autre que Fedor Emelianenko qui, de 2003 à 2010, domina les "arts martiaux mixtes" (MMA) dans la catégorie suprême. Il ne possédait cependant pas un physique de géant (tels les double-mètres Vitali et Wladimir Klitschko en boxe anglaise) ni celui d'un colosse de 120-130kg (comme le lutteur Mijain Lopez-Nunez ou le judoka Teddy Riner) et encore moins les 150kg d'un sumotori (comme le Mongol Davaajargal Munkhbat alias "Hakuho"). Avec 1m83 et 106kg, Fedor Emelianenko s'approchait tout simplement du physique standard du pancratiaste antique Dorieos.

Avant de subir un triple coup d'arrêt (trois défaites consécutives) en MMA, Fedor Emelianenko fut d'abord battu dans son sport d'origine : le sambo combat. Son tombeur était le Bulgare Blagoi Ivanov, champion du monde 2008, au physique décidément standard de 1m80 pour 111kg.

A la recherche d'un nouveau titre après celui du Pride FC, autre que celui de l'UFC (trop contraignant en termes de contrat), Fedor Emelianenko s'était engagé dans le StrikeForce Grand Prix en 2011/2012 mais c'est l'ancien lutteur Daniel Cormier (4ème aux Jeux Olympiques 2004, 2ème à la Coupe du monde 2005 et 3ème aux Championnats du monde 2007, en lutte libre -96kg) qui remporta le tournoi avec un physique de ... 1m80, 108kg.

Remarque #1 : En athlétisme, ce sont les lanceurs de marteau qui ressemblent physiquement le plus aux pancratiastes.

Remarque #2 : En boxe anglaise, le poids lourd Mike Tyson qui mesurait 1m78 pour 100kg possédait le physique d'un lutteur et un punch dévastateur des deux poings, l'idéal pour un pancratiaste. Son potentiel était énorme mais les UFC n'ont démarré qu'en 1993 alors qu'il a régné de 1986 à 1990 puis brièvement en 1996.

mardi 5 juin 2012

Janelle Monáe

Janelle Monáe, née Janelle Robinson le 1er décembre 1985 à Kansas City, est une auteur-compositrice-interprète de soul américaine signée chez Bad Boy Records et Atlantic Records.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Janelle_Mon%C3%A1e

Calypso 1577

Le blog Calypso 1577 fournit du matériau, sous forme d'articles pseudo-documentaires et d'ébauches de chapitres, pour de futurs recueils de nouvelles et des romans de science-fiction. Ils auront pour cadre la Marche de Calypso et commenceront en l'année 1577 E.G.

La Marche de Calypso, au XVIème siècle de l'ère de la Guilde ... L'Empire Galactique est dirigé depuis Prima, la Planète Centrale, par Kamar Raïmo VII, mais aux frontières de l'Empire, les Seigneurs sont les véritables maîtres des étoiles.

http://calypso1577.blogspot.com/

Le deuxième plus long règne pour un empereur galactique

Celui que tous nomment Empereur de l'Humanité mit fin à la Grande Dispersion et aux conflits désastreux qui avaient suivi la disparition de Leto II  Atréïdes.
 


Malheureusement, l'Empereur fut trahi par son fils renégat Horus. Lors d'un duel au sommet, l'Empereur tua celui qui avait été son primarque préféré mais son propre corps fut tellement abîmé qu'il dut être placé définitivement dans une machine pour être maintenu en vie.



Depuis son Trône d'Or, le corps momifié, son esprit continua à diriger l'humanité et à résister aux attaques incessantes du Chaos et des Xénos. Finalement "avalé" par la machine-ordinateur, il fut remplacé après 195 années de règne (840-1035 EG) par le fondateur de la dynastie Trans-Bourbon, Rosemonde 1er "le Rebis". Mais l'esprit d'Osiris (tel était son nom) survit toujours et il demeure le juge suprême, gardien des lois et de l'ordre cosmique (la Maât).

Le plus long règne pour un empereur galactique

Le plus long règne de l'Histoire de l'Empire Galactique est à mettre au crédit de Leto II, fils de Paul "Muad'dib" Atréïdes. L'Empereur-Dieu pour certains, le Ver pour d'autres, aura régné 3505 années selon la légende mais à peine plus de 350 ans selon les historiens (219-570 EG, pour "ère de la Guilde").

On le voit ci-dessous à trois étapes de sa vie : durant sa jeunesse; après sa fusion avec les Truites des sables; et enfin dans la phase finale de sa transformation, pratiquement devenu un Ver des Sables d'Arrakis.



vendredi 1 juin 2012

Elie Taïeb, candidat dans la 2ème circonscription de la Réunion

Peut-on être juif, appartenir au Front National et vivre à La Réunion, terre par excellence du métissage ? Elie Taïeb, de Saint-Leu, a trouvé la réponse à ce qui peut apparaître comme autant de contradictions. Il se présente comme un vrai démocrate et la flamme de l’emblème de son parti n’a rien de fasciste. Ce natif de Paris, arrivé à La Réunion en 2006, et juif « non pratiquant » d'origine tunisienne, est issu d'une famille de douze enfants.
Lire l'article sur "journalisme-infocom974"